Dans le grenier de Claire

Rio pour les JO: épisode 5!

27 Septembre 2016, 18:17pm

Publié par Claire

Hélas oui, on arrive à la fin de nos aventures à Rio... "Hélas", c'est bien ce que j'ai pensé au moment du départ, avec le sentiment de ne pas avoir tout découvert de Rio! Qui sait, un jour, peut-être y retournera-t-on?

En attendant, vous pouvez (re)lire les épisodes précédents:

- Episode 1

- Episode 2

- Episode 3

- Episode 4

 

Une journée de tourisme... loin des stades!

 

Eh oui, ce jour-là était consacré à la découverte de Rio. Un grand moment avec notre guide Marta, et, on en a bien conscience, des conditions privilégiées avec notre van privé qui nous a permis de nous déplacer tout au long de la journée et de voir beaucoup de quartiers.

A la découverte du Corcovado

 

Nous nous sommes levés très tôt pour pouvoir nous rendre au Corcovado et voir son fameux Cristo Redentor. Alors si sur les cartes postales et photos touristiques de Rio, on le voit partout, il faut savoir qu'en réalité, vu du bas, il paraît tout petit et que l'on ne le voit pas de tout Rio! Nous voilà donc arrivés au coeur du Parc National de la forêt de Tijuca, magnifique! Là-haut (oui oui, nous sommes à 710 mètres d'attitude), tout est remarquablement organisé et nous emprutons une petite navette, et ensuite, place aux escaliers, on est aux JO quand même, on boude donc l'ascenseur!

Eh bien... ll y a déjà beaucoup, beaucoup de monde alors qu'il n'est que 9h, c'est dire! Nous retrouvons par hasard là-haut des joueurs de l'équipe de waterpolo, et beaucoup de Français. Assurément, le coin touristique de Rio! Avec beaucoup de soldats présents et un hélicoptère qui rôde en permanence. Malgré le monde, très clairement, la vue est à couper le souffle et vaut le déplacement. Un vrai rêve! En redescendant, je trouve enfin des cartes postales, très originales, après en avoir cherché partout en vain. Mais je n'étais pas au bout de mes peines, car vous le verrez plus tard, il n'a pas été si évident d'obtenir des timbres...

Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Une favela aperçue en redescendant du Parc National

Une favela aperçue en redescendant du Parc National

 

Visite de San Teresa

 

Puis nous arrivons à San Teresa, de loin le lieu que j'ai préféré et qui m'a vraiment marquée par ses couleurs et la variété de ses habitations. Ce quartier est très cosmopolite, mêlant maisons d'architecture française et habitats plutôt bohèmes. Nous nous arrêtons d'abord au Cafecito, un endroit extraordinaire regorgeant d'oeuvres d'art et de jolies trouvailles. Et nous y dégustons de délicieux jus de fruits frais, avec des glaçons, même pas peur (bon, notre guide nous a quand même expliqué avant que l'eau était filtrée). Puis nous marchons beaucoup, croisons un tramway très coloré dont le conducteur rabat les sièges en bois pour repartir dans l'autre sens... Seul petit bémol: le fameux escalier Seladon, absolument noir de monde! Je retiendrai de ce quartier une atmosphère d'effervescence et de joie de vivre, et j'ai encore envie de m'y perdre...

Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Une pâte de fruits à la banane absolument divine, découverte dans une minuscule épicerie qui vendait des bonbons dans des paniers, des confitures, des tee-shirts, des tongs... J'ai regretté de ne pas en avoir pris plus!

Une pâte de fruits à la banane absolument divine, découverte dans une minuscule épicerie qui vendait des bonbons dans des paniers, des confitures, des tee-shirts, des tongs... J'ai regretté de ne pas en avoir pris plus!

Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!

Visite du centre de Rio (Centro)

 

Puis nous avons repris le van vers le centre-ville de Rio. Clairement, malgré les stands des marchands ambulants, très colorés et proposant plein de "nouveautés" alimentaires qui m'ont de suite attiréee (...), j'ai beaucoup moins aimé ce quartier très occidentalisé et noir de monde. Bien pratique pour le quotidien bien sûr, mais je me suis sentie tellement moins dépaysée, et même perdue dans cette foule! Et quelle tristesse d'y voir la très grande pauvreté à chaque coin de rue, un réel contraste. Je me suis arrêtée chez un marchand ambulant pour siroter ma première noix de coco de la journée, un repos sous cette chaleur. Nous avons ensuite très bien mangé dans un restaurant de grillades (churrasqueira). Les quantités étaient astronomiques et nous avons siroté une limonade au sens propre du terme, des citrons centrifugés. Après ce repas très copieux, nous avons marché jusqu'à la Poste... où il a été très compliqué de dénicher des timbres pour la France, il n'y avait pas de distributeurs et Marta faisait la traduction pour nous, après avoir attendu dans une vraie salle d'attente, avec des sièges! Je n'ai pas de photos de ce quartier à vous montrer, car la guide nous a recommandé de laisser nos téléphones dans nos sac.

Rio pour les JO: épisode 5!

Après ce repas bien copieux, nous somme allés à pied dans un quartier en plein changement, celui du "Port Merveilleux" (Porto Maravilha). Mais nous ne sommes pas allés jusqu'au bout car il y avait une foule très compacte, l'équivalent d'une immense "fan-zone" pour les JO ayant été installée. On a quand même eu l'occasion de siroter à nouveau une noix de coco, très bienvenue...

 

Malheureusement, il était déjà temps de repartir à l'aéroport, le coeur serré, évidemment, mais tous les deux éblouis par cette formidable aventure, avec l'envie de retourner visiter Santa Teresa et le sentiment d'avoir encore plein de trésors à découvrir. On a eu la chance de vivre de très près l'aventure des JO et de découvrir l'immense générosité des Brésiliens, si optimistes. Alors un grand merci, encore, à BMW Sport Experience et à la Fédération Française de Golf pour ce voyage extraordinaire...

Rio pour les JO: épisode 5!
L'aéroport, tout neuf, comporte une boutique absolument immense et très agréable! Nous avons ramené ces chocolats au beurre de cacahuète, à la noix de coco, à la cannelle et à la banane. Ils sont si bons que l'on a regretté de ne pas en avoir acheté plus. J'ai craqué sur la mascotte des JO grand format, en promotion! Un super oreiller dans l'avion...

L'aéroport, tout neuf, comporte une boutique absolument immense et très agréable! Nous avons ramené ces chocolats au beurre de cacahuète, à la noix de coco, à la cannelle et à la banane. Ils sont si bons que l'on a regretté de ne pas en avoir acheté plus. J'ai craqué sur la mascotte des JO grand format, en promotion! Un super oreiller dans l'avion...

Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!

Voir les commentaires

Rio pour les JO: épisode 4!

25 Septembre 2016, 18:58pm

Publié par Claire

Suite de nos aventures à Rio... Pour le mardi 16 août cette fois-ci!

Pour relire les précédents épisodes, voici les liens:

-Episode 1

-Episode 2

-Episode 3

Place au water-polo!

Une fois n'est pas coutume, ce jour-là, après une nuit quasi-blanche (souvenez-vous, nous sommes revenus tard de l'athlétisme), le réveil fut rude... Mais le petit-déjeuner royal nous a vite réveillés!

 

 

Un exemple de petit déjeuner à l'hôtel Barra... Avec les délicieuses bananes plantain!

Un exemple de petit déjeuner à l'hôtel Barra... Avec les délicieuses bananes plantain!

C'est que la journée allait être très occupée... Sur notre planning, il était écrit "Journée libre", mais pour vivre vraiment jusqu'au bout le rêve olympique, nous avons pris des billets pour les quarts de finale du water-polo pour faire plaisir à M. Claire, avec l'espoir secret de voir jouer les Français, mais malheureusement, ils ne se sont pas qualifiés même s'ils ont gagné contre les Croates, une équipe traditionnellement forte. Pas grave, cela nous a au moins permis de rencontrer les joueurs au Club France!

Mais aujourd'hui, pas de guide, nous devons nous débrouiller! Donc prendre le BRT, le bus-tramway, seuls... En nous rendant à pied à la station, nous voyons plein de noix de coco ainsi que de magnifiques orchidées qui poussent directement sur les arbres, une jolie surprise du matin.

Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!

Nous arrivons une nouvelle fois très tôt sur le site olympique, les bénévoles sont toujours de charmante humeur. L'occasion de se promener et de découvrir que tout est prévu! Une infirmerie, une pharmacie, des toilettes très nombreuses, un mini-supermarché... Et un arrêt pour boire un délicieux café, tout de même, nous sommes au Brésil! Et puis on fait un tour au Mégastore des JO. C'est très bien organisé, avec une queue rapide... Mais c'est un peu la déception. Les articles sont tout de même chers, et pour le coup, mêm pas fabriqués au Brésil (vu le prix, on aurait pu imaginer, un grand écart avec le niveau de vie des habitants!). Par contre, ils sont beaucoup plus colorés qu'à Londres, on y retrouve vraiment l'âme de Rio, alors je craque quand même. Mais je ramène moins de souvenirs que prévu pour mes proches, notamment parce que les tee-shirts sont très chers et pas de bonne qualité. Mais enfin, si on oublie les prix, c'était déjà quand même beaucoup mieux qu'à Londres! J'ai tout de même ramené des stylos, un foulard très coloré, un tee-shirt, une mini-mascotte et un CD de Samba spécialement édité pour les JO et qui tourne depuis en boucle dans la voiture, souvenir de ce voyage extraordinaire.

Rio pour les JO: épisode 4!
Les mascottes des JO en Lego (environ 35€ )

Les mascottes des JO en Lego (environ 35€ )

Puis il est temps de retrouver le water-polo, là où ont eu lieu les finales de natation quelques jours auparavant. L'ambiance est très sympathique, beaucoup de passionnés sont là, et nous avons le droit à une démonstration de samba avec un chanteur, une mascotte relookée avec un bonnet de poloïste pour l'occasion et des danseuses avec des costumes étincelants. Un accueil vraiment inoubliable! Nous sommes très près du bassin, c'est impressionnant! Face à nous, les tribunes presse sont quasiment vides. Place aux matchs de la matinée: Hongrie-Monténégro, un match magnifique, puis Serbie-Espagne, un peu plus "ennuyant". Puis il est temps de déjeuner et de revenir... cette fois-ci, les tribunes sont très, très remplies, et pour cause, les Brésiliens jouent! L'ambiance est survoltée pour le match Brésil-Croatie, un petit enfant se met même à courir dans le public pour lancer une Ola et j'ai encore en tête le chant "Ohhhh -oh oh ohhhhh - oh oh ohhhhhh - Brasil!" scandé par le public. Et puis quelle émotion pendant l'hymne brésilien, chanté avec beaucoup de coeur par le public, une musique d'ailleurs magnifique et rythmée. J'étais au bord des larmes, très émue. Bon, malheureusement, pendant le match, lorsque les Croates possédaient la balle, on ne pouvait pas ignorer les sifflets. L'un des arbitres était français, Benjamin Mercier, et j'admire son courage pour avoir gardé son sang-froid malgré toute cette agitation! La suite a été beaucoup plus calme avec le match Italie-Grèce. Un grand moment en tout cas, en espérant voir la France en quart de finale à Tokyo! Puis il était temps de manger après toutes ces émotions... Un cheeseburger qui nous a paru délicieux, alors que le soleil se couchait sur le site olympique et que les infrastructures s'illuminaient joliment.

Ma petite mascotte Vinicius prête pour le match. J'apprendrai plus tard par notre guide que son nom vient du compositeur brésilien Vinicius de Moraes, la musique est décidément omniprésente au Brésil!

Ma petite mascotte Vinicius prête pour le match. J'apprendrai plus tard par notre guide que son nom vient du compositeur brésilien Vinicius de Moraes, la musique est décidément omniprésente au Brésil!

Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!

Puis il était temps de rentrer à l'hôtel, sans nostalgie en quittant le site olympique. L'occasion de passer devant des studios de télévision et puis... Surprise! Depuis la passerelle menant à la station du BRT, on aperçoit l'entraînement de natation synchronisée, derrière un grillage! On reste un moment à regarder, c'est très impressionnant. Ce sont alors les chinoises qui s'entraînent. 

Aperçu de l'entraînement de natation synchronisée, depuis l'extérieur. La petite surprise en rentrant!

Aperçu de l'entraînement de natation synchronisée, depuis l'extérieur. La petite surprise en rentrant!

Ayant appris des déboires de la veille, nous choisissons de rentrer en taxi, ce qui nous coûte très peu cher pour une course d'une quarantaine de minutes. Arrivés à l'hôtel, on se dit que l'on va se reposer mais... surprise! L'électricité ne marche plus dans la chambre. Ou disons pas tout à fait... Ou comment avoir une ambiance boîte de nuit dans la chambre avec toutes les lumières qui clignotent! Les travaux sont longs, il faut enlever tout le faux-plafond. Nous attendons en bas et goûtons enfin notre première Caïpirinha en attendant... un délice. Le serveur, adorable, change de chaîne pour que nous puissions suivre l'athlétisme. En remontant, on sait que l'on doit dormir, pourtant, la télévision est allumée pour voir la finale du 110 m haies dont on a vu les qualifications, et nous sommes heureux de savoir que Dimitri Bascou a obtenu une médaille de bronze avant de nous endormir, car vous allez le voir dans l'épisode 5, la dernière journée, plus "touristique", a été très riche en découvertes et intense!

Voir les commentaires

Rio pour les JO: épisode 3!

16 Septembre 2016, 18:59pm

Publié par Claire

Suite de nos aventures à Rio...

Pour (re)lire l'épisode 1 et comprendre l'origine de ce voyage très spécial, c'est ici

Et pour lire l'épisode 2, c'est !

 

Lundi 15 août: place au handball!

 

Ce lundi 15 août était férié en France... mais bien occupé pour nous! Nous arrivons très tôt sur le site olympique principal, après avoir testé pour la première fois un service de navette construit pour la Coupe du Monde, le BRT, notre van habituel ne disposant pas des droits pour s'approcher des sites. L'occasion d'inaugurer notre Rio Card, une carte de transport très colorée donnant accès à tous les transports en commun, pour nous pendant 3 jours. Lorsque nous arrivons, le site est encore vide et paraît donc gigantesque. Tout est bien organisé et les bénévoles sont extrêmement souriants (une volontaire se met même à me chanter une chanson, un autre crie "Bonjour France!"), le passage de la sécurité se fait assez rapidement. Nous avons environ une heure trente devant nous avant d'aller voir les premiers matchs de handball. Comme il fait très, très chaud (une chaleur humide, nous n'avons pas l'habitude), nous faisons des provisions de bouteilles d'eau... avec bouchons (pour comprendre pourquoi, voir l'épisode 1!).

 

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Puis il est temps de rejoindre la Future Arena (Arena do Futuro) pour le handball... Et ô jolie surprise, en attendant le match, des animations nous attendent! Des acrobates-danseurs font un numéro très réussi avec les drapeaux des pays qui vont jouer ce matin (la Pologne, la Slovénie, l'Allemagne et l'Egypte). J'aime beaucoup l'intérieur de l'Arena: on voit bien mieux le terrain qu'à Londres (comme il était rose et bleu, parfois, cela fatiguait l'oeil) et les sièges sont très colorés. Par contre, en parlant des sièges, il n'y a pas de "placeurs": donc c'est un peu... n'importe quoi, et les spectateurs arrivant progressivement, au cours de la matinée, il y a plein de mouvements dans le public quand les personnes reprennent leur vraie place. Un joli moment en tout cas, nous avons vraiment vu de belles actions, en attendant LE match que nous souhaitions voir l'après-midi, France-Danemark, oui oui, comme la finale!

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Mais en attendant, il faut ressortir et... c'est littéralement une fournaise dehors! Seul petit bémol du site olympique, comme il n'y a presque pas de végétation, l'ombre se fait extrêmement rare et devient un vrai luxe. Il fait si chaud qu'à part une glace au citron, nous décidons de ne pas manger. 

 

France-Danemark, un magnifique match

 

Et enfin, il est tems de retrouver la Future Arena pour le match que nous attendions avec beaucoup d'impatience (ce sont des billets que l'on a achetés en plus, en se disant que c'était vraiment dommage de rater ce moment). Eh bien à ma grande surprise, il y a beaucoup de Français dans la salle! De manière générale, nous en avons quand même rencontré un certain nombre sur le site olympique. Il y a beaucoup d'ambiance, on crie, on a peur pour les handballeurs... Et surtout, on admire et encourage le gardien "Titi" qui a été extraordinaire ce jour-là. Et, contrairement à la finale, nous avons gagné face au Danemark, c'est donc le sourire aux lèvres que nous retrouvons notre guide Marta... direction le stade d'athlétisme; et dehors, encore une surprise, le soleil s'est transformé en gigantesque brouillard. Le début d'une drôle d'aventure au coeur des transports brésiliens!

 

Petit problème: comment se rendre au stade d'athlétisme?

 

Eh oui, cela avait l'air simple dans le planning: prendre le BRT jusqu'à Madureira (ou bien Central do Brasil) et reprendre l'équivalent d'un RER... Oui mais... Le BRT, en heure de pointe, est alors emprunté à la fois par les spectateurs des JO et par les travailleurs qui reviennent chez eux. Les quais sont noirs de monde, une dizaine de "bus-tramways" sont passés, tous bondés, impossible de monter dedans, si bien que certains s'étaient même mis derrière les portes palières pour passer avant. A côté de cela, le RER A ou la ligne 13, c'est une rigolade (oui oui!). Donc du coup, plan B: nous allons prendre un taxi jusqu'à Madureira, pour reprendre ce fameux train que j'appelle RER. ;) Petit problème: nous ne rentrons pas tous dans un seul taxi! Alors avec M. Claire et nos amis golfeurs, nous montons dans un premier taxi, notre guide Marta lui ayant expliqué notre destination en portugais. Pourvu qu'il ait bien compris! Nous tentons de communiquer, il nous montre l'appli Google Traduction sur son téléphone et nous dialoguons ensemble grâce à ce logiciel miracle, même si parfois il y a des bizarreries de traduction.

Ouf, nous voilà arrivés à Madureira après un trajet... disons agité (nous avons eu plusieurs fois très peur après des insertions "sauvages", mais le chauffeur a aussi manqué renverser plusieurs piétons en arrivant à toute allure à la gare), par chance, on a vite un train et nous arrivons au Stade, j'étais heureuse, moi qui étais si déçue d'arriver en retard, on est arrivés à temps, accueillis par le rythme de la samba dès la gare. Arrivés au stade, ce sont des percussions qui nous accueillent, ainsi que des danseurs revêtus de costumes étincelants, pleins de pailletes. Comme nous commencions à avoir faim avec toutes ces aventures, je décide d'acheter des pop-corns. Je suis un peu dépitée: ils sont natures! Mais alors un spectateur brésilien, tout sourire, me sort un paquet de sel de sa poche et me propose de les saler, un geste très touchant! Puis nous montons, montons... C'est très abrupt, les tribunes sont très hautes par rapport à la piste d'athlétisme, il n'y a pas de réelle "proximité".

 

Et nous voilà installés face au saut à la perche, une place idéale pour la finale! En attendant, nous assistons à la remise des médailles du 100m, avec Usain Bolt en personne; malheureusement, il est de l'autre côté de la piste et pour être honnête, on ne le voyait pas très bien. Puis il se met à pleuvoir, et les organisateurs diffusent non sans humour "Singin' in the rain" avec en image une grenouille qui danse la samba sur la piste d'athlétisme.

 

 

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Nous assistons à plusieurs séries (l'occasion de voir Dimitri Bascou au 110m haies, qui aura quelques jours plus tard une médaille de bronze!) après la fin de la pluie, et enfin au saut à la perche que j'attendais tant! Mais disons qu'il y a eu quelques retards... Apparemment, les volontaires avaient le plus grand mal à faire tenir la perche correctement. Même du public, on voyait bien qu'elle était de travers! On pense que le problème est réglé, un athlète s'élance, un volontaire traverse devant lui pendant ce temps-là... Alors il faut recommencer, et la perche tombe à nouveau toute seule... Je commence à angoisser: oh non, ce serait trop bête, si cela continue, le concours va être reporté! Et je pense aux athlètes, comment gérer ces contretemps? Mais ça y est, enfin, le concours est lancé. Comme il y a des places vides, on finit par descendre pour encourager Renaud Lavillenie. Au passage, je croise des Jamaïcains qui me demandent s'ils peuvent faire une photo avec mon drapeau français. L'occasion de discuter, de faire connaissance... Et ils m'ont même offert un tee-shirt "Usain Bolt" que je garde précieusement, symbole de la véritable amitié entre les spectateurs des JO.

Revenons à la perche... J'ai si peur! Dans les derniers sauts, je préfère fermer les yeux, voir si Renaud Lavillenie a franchi la barre après... Je rouvre les yeux, zut, ce n'était pas pour ce soir, je n'ai plus de voix à force d'encourager, mais le Brésilien Thiago Braz da Silva est plus fort ce soir-là et est très impressionnant. C'est tout de même une belle médaille d'argent! En tout cas, j'ai vécu ce moment très intensément, j'avais le coeur qui battait, j'avais vraiment envie de l'or pour le français. Un des plus beaux moments de mon séjour à Rio!

Le fameux tee-shirt offert par les spectateurs jamaïcains :)

Le fameux tee-shirt offert par les spectateurs jamaïcains :)

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Il est temps de rentrer, la finale a eu lieu plus tard que prévu, nous commençons à être réellement fatigués. Nous prenons donc le train, ouf, tout fonctionne bien, puis un bus pour retrouver ensuite notre van... Mais décidément, pas de chance, il rate notre arrêt. Le van nous retrouve donc à la station suivante et nous rentrons à l'hôtel à 1h30... Ouille, le réveil promettait d'être difficile, mais comme je vous le disais, on avait décidé de vivre l'aventure intensément, peu importe la fatigue! Le réveil est programmé à 6h30 et il est temps d'essayer de dormir après la magie de cette journée...

La suite dans l'épisode 4! :)

Voir les commentaires

Rio pour les JO: épisode 2

4 Septembre 2016, 18:47pm

Publié par Claire

Suite de nos aventures pour les JO à Rio... Pour (re)lire l'épisode 1, c'est par ici!

 

Dimanche 14 août: départ pour le golf!

 

Nous avions rendez-vous à 7h00, direction le Golf olympique, pour suivre les aventures de nos deux golfeurs français qualifiés, mais aussi les autres bien sûr! Grégory Bourdy allait-il accéder au podium? En attendant son départ, nous suivons sur quelques trous l'autre français, Julien Quesne. Il fait bien plus chaud que la veille; il est tôt le matin et déjà nous cherchons de l'ombre! Puis il est temps de retrouver le trou n°1. L'homme qui annonce les joueurs a une très belle voix qui résonne, il est impressionnant.

Ca y est, c'est le tour du français ! La foule est compacte pour ce quatrième et dernier tour masculin, si bien que nous devrons toujours anticiper pour bien voir les golfeurs jouer (2 trous d'avance environ). Il y a également un nombre impressionnant de caméras et d'appareils photo, et pour l'occasion, les soldats de la garde nationale, omniprésents depuis le début, ont revêtu un très beau jogging coloré que je leur envie - même si, comme vous le savez si vous avez lu le premier épisode, nous portions nous-mêmes les beaux polos blancs de l'équipe de France. Nous attendons également l'épatant anglais Justin Rose. Il était dans la même manche que le français la veille et nous avait déjà éblouis... La preuve, après le trou final, devant un nombre impressionnant de spectateurs, il finira champion olympique! J'étais vraiment heureuse pour lui. Apparemment, la tradition pour les golfeurs à la fin du parcours est de jeter des objets comme leurs gants, cependant, avec tous les spectateurs, nous n'avons pas pu y assister, mais je le saurai pour une prochaine fois... Malheureusement, pas de podium pour le français, mais de jolis coups tout de même!

La plage de Barra, avant de partir à l'hôtel. Avec le décalage horaire, j'étais très matinale, une petite promenade s'imposait avant le départ pour le golf!

La plage de Barra, avant de partir à l'hôtel. Avec le décalage horaire, j'étais très matinale, une petite promenade s'imposait avant le départ pour le golf!

Justin Rose

Justin Rose

A la fin du parcours, nous pouvons entendre la mer, juste à côté, mais invisible. Troublant!

A la fin du parcours, nous pouvons entendre la mer, juste à côté, mais invisible. Troublant!

Petite astuce très utile de notre guide dans la guerre des... bouchons!

Petite astuce très utile de notre guide dans la guerre des... bouchons!

Rio pour les JO: épisode 2
Avec la chaleur écrasante, nous avons agrandi notre collection et fait des échanges avec d'autres spectateurs.

Avec la chaleur écrasante, nous avons agrandi notre collection et fait des échanges avec d'autres spectateurs.

Grégory Bourdy

Grégory Bourdy

Beaucoup de foule pour l'arrivée!

Beaucoup de foule pour l'arrivée!

Un petit passage par la plage de Prainha

 

Au retour du golf, notre ange-gardien Marta nous propose un petit tour par une jolie plage cachée des touristes avant de nous changer direction le Club France. Bien sûr, nous acceptons très volontiers! Nous voilà arrivés dans un véritable paradis qui m'a beaucoup marquée. D'un côté, un parc naturel protégé, de l'autre une plage absolument magnifique, par chance à l'ombre en cette fin d'après-midi. Quel bonheur intense, après la chaleur du golf, de retirer mes tennis et de marcher dans cette grande épaisseur de sable doux! Je crois que j'aurais pu rester une journée entière ici sans me lasser de la beauté du paysage.

 

Rio pour les JO: épisode 2
Rio pour les JO: épisode 2
Rio pour les JO: épisode 2
Rio pour les JO: épisode 2
Rio pour les JO: épisode 2
Rio pour les JO: épisode 2

En route pour le Club France!

 

Après ce passage magique par Prainha, il fallait se changer, car une soirée VIP nous attendait au Club France. Costume pour M. Claire, robe noire pour moi-même: en route! Nous allions enfin découvrir ce fameux Club France que nous avons tant vu à la télévision, installé dans un clup hippique. On nous remet un bracelet bleu donnant accès à la partie privatisée, avec open bar (vive le champagne!) et surtout, surtout... tous les sportifs ayant fini les compétitions, si accessibles! Mais tout d'abord, nous étions attendus pour un repas dont le décor était digne d'un mariage, avec une brigade de serveurs très attentionnés. Le cadre était exceptionnel, j'avais des étoiles plein les yeux et cette soirée m'a vraiment prouvé que je vivais un rêve éveillé.

Rio pour les JO: épisode 2
Rio pour les JO: épisode 2
Rio pour les JO: épisode 2
Rio pour les JO: épisode 2

Après le dîner, il était temps d'aller à la rencontre des athlètes! Oh, mais, mais, mais, c'est Florent Manaudou! Un peu timide, je lui demande de prendre une photo avec lui, et hop! C'est fait. Ensuite nous discutons très longuement avec des membres de l'équipe de waterpolo, très accessibles et sympathiques. Nous avions pris des billets pour les quarts de finale, mais malgré l'exploit d'avoir battu la Croatie, malheureusement, les Français n'étaient pas qualifiés. Peu importe, les voir accéder aux JO, c'était déjà une grande victoire (je me souviens encore de la qualification face aux Pays-Bas, quel suspense!), espérons que cela leur donne des ailes pour les prochains JO! Ensuite, nous avons quitté momentanément la partie "VIP" pour aller voir le podium où les sportifs français présentent leurs médailles, l'occasion d'apercevoir l'équipe de fleuret fraîchement médaillée sur le plateau de Canal +. Toute l'équipe de natation est présente. Si les relayeurs français, médaillés d'argent, ont l'air plutôt heureux, je dois dire que dans l'ensemble, c'est une drôle d'ambiance "soupe à la grimace" malgré les confettis, que l'on a perçue du public, c'est dire! Comme c'est un peu étrange et même gênant, nous regagnons la partie VIP, en profitons un maximum et en repartons vers 1 h du matin, sachant q'il restait encore une heure de route pour rentrer à l'hôtel et que le lendemain nous avions à nouveau rendez-vous à 7h. Je vous l'ai dit dans l'épisode 1, on s'était bien dit que l'on se reposerait plus tard, pour profiter un maximum!

A suivre, dans l'épisode 3, notre découverte le lendemain du site olympique "principal" avec le handball... ou devrais-je dire dans la suite de la journée!

Voir les commentaires

Rio pour les JO: épisode 1

29 Août 2016, 19:08pm

Publié par Claire

Aujourd'hui, je reprends la plume, ou plutôt le clavier après des vacances bien chargées. Enfin, beaucoup plus chargées que prévues car une heureuse surprise a égayé mon été: j'ai gagné un concours organisé par BMW Sport Experience, en collaboration avec la FF Golf, pour fêter le retour du golf aux JO. C'était un concours créatif, pas un tirage au sort (je trouve cela chouette comme concept, pas vous? Cela laisse plus de place aux personnes motivées), où il fallait montrer son envie d'aller aux JO encourager les Bleus. J'ai donc écrit une lettre tout simplement avec mon coeur, car j'avais réellement envie de vivre cette expérience, sans y croire vraiment mais sans vouloir non plus laisser passer cette chance, car qui ne tente rien n'a rien. En effet, avec M. Claire, on était déjà allés aux JO de Londres en s'organisant au dernier moment, grâce à la nouvelle ouverture de la ligne Ouibus qui nous a permis de nous y rendre à très bas prix, et en partant, on s'est dit en riant: "Bon bah, Rio, on sait déjà qu'on n'ira pas, hein.". Eh bien là, nous avons voyagé dans d'autres conditions, plus... VIP comme vous pourrez le voir. Alors... il est temps de vous raconter tout cela (en plusieurs épisodes, car comme vous pouvez l'imaginer, jai plein de choses à vous raconter et beaucoup de personnes m'ont demandé plein de détails sur ce voyage un peu hors du commun), tout en remerciant encore et encore BMW et la FF Golf. C'est vous dire, je n'en reviens toujours pas! Et M. Claire non plus, car oui, en plus, c'était pour deux personnes...

Rio pour les JO: épisode 1

Avant de partir...

Eh oui, même si je ne l'ai su qu'environ un mois avant, un voyage à Rio, cela ne s'improvise pas! Au début, j'étais partagée entre joie (évidemment) et panique. Euh... par quoi je commence? Et l'avion alors? Je n'ai jamais fait un voyage aussi long! Alors vite, premier réflexe, j'achète un guide. Pas de chance, dans ma FNAC, il n'y en a qu'un, sur le Brésil en général, le Guide du Routard. S'il m'a beaucoup servi avant le départ pour les informations pratiques, en réalité, pendant le voyage, je ne l'ai plus sorti! Donc je lis toutes les informations pratiques attentivement... et c'est parti pour la course aux vaccins, aux anti-moustiques puissants... et aux réaux, indisponibles dans plusieurs bureaux de change à Paris (sans doute l'effet JO) mais que nous avons fini par trouver, après réservation, au bureau de change de Disney. Et je lis, je lis, je lis, beaucoup de blogs. Et je me renseigne auprès de personnes qui y sont déjà allées, d'accord, des cadenas sur ma valise, pas de bijoux, pas de marques... Bon, en réalité, on y reviendra, jamais nous ne nous sommes sentis en insécurité, sauf en taxi... comme vous le verrez dans un prochain épisode, suspense! Et pendant toute cette préparation... nous recevons un colis extraordinaire, qui a donné le ton de ce voyage.

Il contenait des polos  (deux pour moi, un pour monsieur hi hi), un tee-shirt  (pour monsieur cette fois), deux casquettes, deux éventails, le tout de marque Lacoste et aux couleurs des Bleus bien sûr. Et on verra là-bas que cette tenue est également arborée par les joueurs, les officiels, et les supporters bien sûr... Alors on était très fiers de la porter. Et puis... dans une jolie pochette en tissu aux couleurs du Brésil, il y avait bien sûr les billets d'entrée pour les épreuves (golf, athlétisme, handball, et nous avons pris en plus des billets pour le waterpolo) et un programme de notre aventure qui nous a vraiment épatés. Il faut savoir que c'est Eventeam, en collaboration avec Voyageurs du Monde, qui a organisé ce voyage. Nous avons eu l'heureuse surprise de découvrir un vrai livret, avec le détail de chaque jour de notre voyage... une organisation sans faille!

Le contenu du fabuleux colis. Le ton était donné!

Le contenu du fabuleux colis. Le ton était donné!

12 août: le grand départ...

Voilà, le grand jour est arrivé. La journée me semble interminable, malgré quelques angoisses: vraiment, je n'ai rien oublié? Passeport, portable, réaux, carte bleue, médicaments au cas où... Passeport, portable... Bref, vous avez compris, je vérifie, revérifie, je tourne un peu en rond, on a mis les JO à la télé, on a du mal à y croire, le lendemain on y sera pour de vrai, et je pense à l'avion, moi qui en ai si peur, onze heures de vol? Mais c'est un "mal", si l'on peut dire, pour un grand bien. Enfin, le soir arrive. Un représentant de l'agence de voyage nous attend à l'aéroport, il a déjà imprimé nos étiquettes pour les bagages, et nous retrouvons deux symmpathiques gagnants, tirés au sort parmi les licenciés de la FF Golf (et moi, timide... "Euh, je n'y connais pas grand chose en golf, vous savez, je me suis documentée avant de partir mais c'est une découverte...". En réalité, ils m'auront été d'une grande aide et nous ont tout expliqué le premier jour!). Plus tard, en arrivant, nous rencontrerons les deux dernières personnes nous accompagnant, Margot du blog You Make Fashion et son compagnon blogueur lui aussi.

Il est temps de monter dans l'avion, un Boeing tout neuf (un 777-300ER pour les connaisseurs). Une grande nouveauté pour moi, fascinée, l'impression d'être dans une salle de cinéma avec une multitude de petits écrans plats sur les sièges. Pour me détendre, je joue, et mon jeu favori (que je déteste pourtant regarder à la télévision) devient vite "Qui veut gagner des millions?", faisant vite envoler (petit jeu de mot au passage) ma peur de l'avion, et quand il décolle à 23h35, je m'en aperçois à peine même si j'adore regarder la webcam qui filme la piste en même temps, cela bouge nettement moins que dans un petit avion. Je commence à avoir un peu faim, le repas est servi à 1h30 puis j'essaie, pendant le trajet, de dormir tant bien que mal, mais j'avoue que j'ai beaucoup de mal, trop pressée d'arriver et n'ayant pas l'habitude d'un tel trajet.

Rio pour les JO: épisode 1

13 août: l'arrivée à Rio

 

Quand l'avion se pose sur la piste, nous réalisons enfin. L'aéroport (Galea) semble tout neuf et est immense, nous marchons, marchons... et attendons pas mal de temps pour récupérer notre valise, car l'avion transportait beaucoup de passagers et était rempli. D'ailleurs, c'était très symapthique de voir des supporters de l'Europe entière, et quelques athlètes aussi, en tenue officielle. Puis nous passons la police aux frontières, très souriante et accueillante et retrouvons notre guide qui se révèlera un vrai ange-gardien, Marta, qui était à notre disposition chaque jour jusqu'à deux heures du matin, avec un van et un chauffeur (différents chaque jour). Avant de nous rendre à l'hôtel, avec sa gentillesse, elle nous propose de longer la mer pour une première découverte de Rio et elle nous montre déjà beaucoup de choses, nous en explique l'histoire, nous montre les premières favelas... Puis nous longeons la célèbre plage de Copacabana. Je suis fatiguée par le voyage mais je n'ai pas envie d'en perdre une miette, je regarde partout! C'est que, du fait du décalage horaire, nous allons vivre une très longue journée, allongée de 5 heures... Mais tant pis, c'est 5 heures à profiter de Rio en plus! On dormira à notre retour des JO... (c'est ce que l'on s'est très souvent répétés, car globalement, pendant tout le voyage, nous avons dormi entre 3 et 4 heures par nuit).

Copacabana

Copacabana

Passage express à l'hôtel... puis départ pour le golf

Nous passons à notre hôtel, le Royalty Barra, pour y déposer très rapidement nos valises et nous changer dans les toilettes. Puis nous voilà partis pour découvrir les épreuves de golf, plus précisément le 3ème tour du tournoi masculin (sur 4). Assister à une compétition de golf était une grande première pour M. Claire et moi. Ce qui m'a beaucoup impressionée, tout d'abord, c'est le silence, moi qui suis plutôt habituée aux clameurs pendant les compétitons. On peut applaudir, oui, mais une fois qu'un joueur a tiré (ou lors du départ, au premier trou, quand son nom est annoncé). Des bénévoles, sur chacun des trous, portent donc un panneau pour rappeler au public de ne pas faire de bruit (mais sont par ailleurs très sympathiques, certains parlant très bien le français). On ne doit pas non plus marcher dans le champ de vision d'un golfeur pendant qu'il tire, pour ne pas le gêner. Mais bien sûr, tout n'était pas qu'obligation, et l'ambiance restait tout à fait festive bien qu'un peu impressionnante. Nous comprenons vite qu'il y a des vagues de départ de trois joueurs toutes les dix minutes, en fonction de leur classement de la veille. Quatre français sont engagés: Gwladys Nocera et Karine Icher, du côté des femmes, et Julien Quesne et Grégory Bourdy du côté des hommes. C'est ce dernier que nous allons suivre toute la journée. Oui, je dis journée car un parcours dure entre 4h30 et 5h! Nous sommes munis d'un plan, ce n'est pas si simple au début de s'y repérer (d'autant plus que le plan et le programme n'étaient disponibles qu'en portugais), et nous comprenons vite qu'il y a certains endroits pour traverser le terrain, quand personne ne joue bien sûr. Cela m'a d'abord fait très bizarre de marcher sur une herbe aussi belle! En tout cas, le parcours est absolument magnifique, dans une réserve naturelle, où il fait par contre très, très chaud (et où l'on se met à adorer nos polos blancs et comprendre pourquoi on nous a fourni une casquette). Et ce jour-là, le français, malgré la chaleur, est en forme et finira même quatrième à la fin de la journée. J'admire son caddie, le matériel a l'air si lourd ! A force d'observer, nous comprenons mieux le fonctionnement, et cela me démangerait presque d'essayer. On s'est vraiment pris au jeu, souhaitant le podium pour le golfeur! Par contre, cela m'a semblé très difficile de suivre la balle dans les airs, je n'ai jamais réellement réussi à mon grand désarroi. Peut-être une question d'habitude?

Malgré l'indice 50 plusieurs fois remis, les coups de soleil sont bien là et nous avons acheté beaucoup d'eau, l'occasion pour moi de vous décrire le début d'une collection passionnante: les bouchons. Eh oui, ils sont interdits sur le terrain (comme dans l'enceinte des terrains sur le site olympique principal). Le grand jeu était donc de repérer les vendeurs qui n'appliquaient pas la consigne et de garder précieusement ensuite des bouchons à revisser (sachant qu'on ne pouvait bien sûr pas amener d'eau de l'extérieur). D'autres collections à vous signaler: celle des gobelets de bière, un grand succès au vu de la chaleur et d'un prix tout à fait correct, représentant des sports différents, et de pièces d'un real éditées spécialement pour les JO, flambant neuves et comportant différents sports elles aussi. Rechercher le gobelet waterpolo m'a permis de parler avec des personnes du monde entier, une belle expérience, et j'ai fini par le trouver grâce à deux américains! C'était une belle idée, donc, ces gobelets. Bon, par contre, sur la partie golf, se nourrir n'était pas facile car les bénévoles ne parlaient absolument pas anglais (statistiquement, sur les JO, on a trouvé plus de bénévoles parlant français que d'anglophones...). C'est comme ça, ils sont bénévoles, mais pour le coup, forcément, les queues s'allongeaient. Fort heureusement, sur le site olympique principal, nous le verrons plus tard, c'était vraiment mieux et même parfaitement organisés! Voici quelques photos... Veuillez m'excuser de la qualité, j'ai préféré ne pas amener notre bel appareil photo pour ce voyage, j'ai donc utilisé mon portable tout simplement... Certaines sont de M. Claire! ;)

Rio pour les JO: épisode 1
Rio pour les JO: épisode 1
Rio pour les JO: épisode 1
Rio pour les JO: épisode 1
Rio pour les JO: épisode 1
Rio pour les JO: épisode 1

Retour à l'hôtel... 

Il a bien fallu rentrer... Pour retrouver notre très bel hôtel et enfin se doucher. Les chambres étaient spacieuses et disposaient même d'un balcon. Nous n'en avons finalement pas profité au vu de notre planning surchargé, mais en tout cas je vous recommande cet hôtel, face à la plage, avec des piscines et une station de taxi juste à côté. 

Vue depuis notre balcon...

Vue depuis notre balcon...

... et de l'autre côté du balcon (plage de Barra)

... et de l'autre côté du balcon (plage de Barra)

Rio pour les JO: épisode 1

Notre aventure dans un restaurant "typique"

Avec nos deux golfeurs amateurs, nous avons décidé de tester un restaurant "typique", Marta a donc traduit pour nous à la réception. Mais attention... le "typique" comprenait l'après-restaurant! Sans doute une des aventures les plus rocambolesques de notre voyage avec notre voyage en taxi sur le chemin de l'athlétisme, j'y reviendrai dans un prochain épisode. On nous conseille donc un restaurant proposant des viandes à volonté (et les légumes également), et proposant un service de van privé depuis l'hôtel pour éviter d'y aller à pied (de nuit, c'est vrai que c'est mieux). Bon, on se méfie un peu, c'est bizarre, mais on cherche sur Tripadvisor, la critique est bonne puis après tout, cela évite de chercher un taxi. Le van vient donc nous chercher et nous trouvons un restaurant assez rempli. Le concept est que l'on va se servir au buffet pour les accompagnements (je n'ai pas trop aimé, notamment les légumes version sucrée, mais au moins j'ai tenté! Heureusement, vous verrez plus tard que j'ai pu trouver des plats tout à fait à mon goût dans le centre de Rio, avec de délicieux haricots rouges notamment). Pour la viande, des serveurs passent de table en table, avec des broches. Les portions sont énormes, il y a de quoi avoir un sacré apport en protéines! C'est très bon mais trop copieux pour ma part.

Mais c'est pour l'après-restaurant que les aventures commencent... Pas de van! Sans compter que la personne qui s'en occupe parle un anglais assez approximatif. Nous attendons, attendons... et commençons à comprendre un sacré manège:  un groupe d'une douzaine d'Australiens, là aussi pour les JO, se fait ramener à l'hôtel par les voituriers, avec les voitures des clients, pendant que ces derniers mangent. Toujours pas de nouvelles pour nous, on retourne demander, et celui qui a l'air d'être le patron (?) demande à une employée qui a fini son service de faire un détour et de nous déposer à l'hôtel. Ouf, on a fini par y arriver! Ah oui, c'était typique pour le coup!

 

Il était temps de dormir car le lendemain, le départ pour le golf était fixé à 7h. Et il est temps pour moi de vous donner rendez-vous pour l'épisode 2 de nos aventures... 

Voir les commentaires

Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense

19 Juillet 2016, 18:52pm

Publié par Claire

Cet après-midi, sous un soleil quasi-caniculaire, je me suis rendue avec beaucoup de plaisir sur le parvis de la Défense (j'adore l'architecture, et plus encore celle du CNIT que je n'ai pas manqué de visiter ensuite) pour visiter le Fan Park du Tour de France, qui est mis en place du 19 au 24 juillet 2016 en partenariat avec le Centre Commercial des Quatre Temps. Ce village gratuit regorge d'activités, et ce que j'ai aimé, c'est qu'elles s'adressent à toutes les tranches d'âge: un écran géant retransmettant l'étape du jour, avec des transats (certains à l'ombre) pour se reposer tranquillement, deux terrains de pétanque, des vélos électriques à tester, un stand pour se ravitailler (et surtout se rafraîchir par ce temps), une initation au VTT Trail, un parcours de billes, un stand de maquillage, des concerts... Etc., car la liste est longue et c'est tant mieux! Vraiment, cela vaut le déplacement.

Source affiche: les4temps.com

Source affiche: les4temps.com

Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense

J'ai vraiment apprécié l'ambiance conviviale du village. Bon, vu les températures, je n'ai pas testé les vélos pour être honnête (je vous recommande d'essayer plutôt le matin), en revanche, je suis très longuement restée sur le stand de pétanque. Une première pour moi, et j'ai adoré! J'ai joué avec des personnes de passage (et un des animateurs) et l'ambiance était vraiment sympathique. Sur tout le village, vous pouvez gagner des lots, repartir avec des petits cadeaux... Cela fait toujours plaisir! J'ai été impressionée à vrai dire par la variété des animations et je pense que cela vaut le coup de faire un détour si un de vos trajets se trouve sur la ligne A ou la ligne 1. Pour finir, je vous emmène faire un petit tour de mes photos...

Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense
Mon stand préféré! Bon, je sais, ce n'est pas du cyclisme, mais c'est bien simple, j'ai adoré.

Mon stand préféré! Bon, je sais, ce n'est pas du cyclisme, mais c'est bien simple, j'ai adoré.

Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense
Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense
Des vélos épatants. Vous pouvez vous lancer à l'assaut d'étapes mythiques du Tour de France grâce à un écran un peu "magique"... Et le vélo descend ou monte pour simuler la pente!

Des vélos épatants. Vous pouvez vous lancer à l'assaut d'étapes mythiques du Tour de France grâce à un écran un peu "magique"... Et le vélo descend ou monte pour simuler la pente!

La BD officielle du Tour de France, avec l'auteur qui est là pour la dédicace. Des images absolument magnifiques!

La BD officielle du Tour de France, avec l'auteur qui est là pour la dédicace. Des images absolument magnifiques!

Parcours de billes

Parcours de billes

Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense
Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense
L'auteur de la BD officielle du Tour de France est présent dans le Fan Park pour la dédicacer.

L'auteur de la BD officielle du Tour de France est présent dans le Fan Park pour la dédicacer.

Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense
Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense
Ma visite du Fan Park Tour de France sur le Parvis de la Défense

Fan Park Tour de France

Du 19 au 24 juillet 2016, de 10h à 20h

Conseil: pensez à la crème solaire!

Merci aux 4 Temps pour leur accueil

Voir les commentaires

Dans les coulisses d'un ouragan... à la Géode

10 Juillet 2016, 15:36pm

Publié par Claire

Il y a quelques jours, je me suis rendue à la Géode pour découvrir un film en 3D: Ouragan. Déjà, j'étais heureuse d'y aller, car j'aime beaucoup cet endroit un peu hors du commun. Le hall, pour patienter, y est agréable, et on peut observer de nombreuses photographies ou s'asseoir sous des lumières bleutées. Puis, comme au cinéma, une fois sous l'impressionnante coupole, il y a eu des bandes-annonces, des publicités, des vraies... puis c'était le début d'Ouragan, il fallait donc chausser nos lunettes 3D.

Dans les coulisses d'un ouragan... à la Géode

Nous voici donc plongés au coeur d'un ouragan, dès sa naissance au Sénégal sous forme d'une tempête de sable, et que les météorologues, de leur avion (que c'est impressionnant!) vont choisir d'appeler Lucy. Lucy, je suis sûre que vous vous en souvenez? Cet ouragan avait fait beaucoup de dégâts. Mais on apprend grâce à ce film qu'un ouragan est à la fois le bien et le mal, car il permet également de renouveler la flore, notament dans les forêts. Nous le suivons partout, nous le voyons grandir et gagner de la force lorsqu'il traverse l'Atlantique, donnant lieu à des images qui coupent le souffle, à la fois sous et sur l'eau, mais aussi vu depuis la Station Spatiale Internationale. Puis nous le voyons gagner le continent, avec les cellules météorologiques en alerte. Toute la faune est concernée, y compris... l'homme. Lucy atteint alors les Caraïbes, le golfe du Mexique puis finit par mourir au-dessus de la Louisiane, puisqu'un ouragan se "nourrit" de la mer. J'ai aimé voir des détails, parfois touchants: des fourmis qui voyagent sur une sorte de radeau, du bétail dans l'eau jusqu'au cou, des hommes qui essaient tant bien que mal de renforcer des toits à l'apparence déjà fragile, et que l'on verra ensuite dans une véritable détresse, montrant que la nature reprend vite ses droits, parfois cruellement...

J'ai beaucoup aimé les images car c'est une vraie chance de rester assis dans son siège et d'assister à un tel phénomène (on imagine toutes les conditions matérielles qu'il a fallu réunir!), et je suis repartie avec le sentiment d'avoir appris quelque chose: oui, un cyclone c'est dangeureux pour les humains, mais oui, il est indispensable pour rééquilibrer le climat. Sur ce point j'aurais aimé en savoir plus, tout comme sur ces "chasseurs de cyclones" dans leur avion qui m'ont absolument fascinée (après avoir cherché des renseignements, ils travaillent pour la National Oceanic and Atmospheric Administration).

La voix off est intéressante, citant de magnifiques passages de Hugo (issus d'un chapitre retiré des Travailleurs de la mer), mais j'aurais aimé qu'elle soit davantage développée car j'avais vraiment envie d'en savoir plus du côté scientifique. D'autre part, le texte a été passé à la première personne (et remanié bien sûr), et je trouve que cela donne un côté trop artificiel; peut-être est-ce dû au fait que l'on l'entend assez mal, la voix fait plus l'effet d'un murmure, et pour le coup on y est beaucoup moins attentif, on a du mal à croire à cette incarnation: l'ouragan aurait une voix si fluette? Cela produit un peu moins cet effet avec la bande-annonce du film, visible ici, c'est peut-être dû à la sonorisation de la Géode...

En tout cas, c'était une très belle expérience, en espérant que le film soit diffusé à davantage d'horaires, car les images sont d'une grande beauté et forcément rares. On peut tout à fait le voir en famille, il est très accessible! Cela m'a en tout cas donné envie de voir d'autres films à la Géode...

 

"Ouragan", à la Géode depuis le 8 juin 2016

Du 8 juin au 10 juillet: le vendredi à 18h30

Du 10 juillet au 26 août: le vendredi à 20h30

Tarif unique: 7.50€

Un film de Cyril Barbançon, Andy Byatt et Jacqueline Farmer

Musique de Yann Tiersen

Il existe également un livre documentaire, pour être sincère, je ne l'ai pas feuilleté, mais si le sujet vous intéresse vous pouvez en savoir plus ici

 

Merci à la Géode pour les invitations :)

 


 

Dans les coulisses d'un ouragan... à la Géode

Voir les commentaires

Une folie de Sacha Guitry au Théâtre Rive Gauche: un très bon moment

15 Juin 2016, 18:00pm

Publié par Claire

Lorsque j'ai vu qu'une pièce de Sacha Guitry était jouée au Théâtre Rive Gauche, j'en étais ravie (et plus encore ravie de vous faire gagner des places il y a quelques jours): j'aime beaucoup Sacha Guitry, je trouve que ses textes n'ont pas pris une ride et font toujours autant rire! C'est d'ailleurs bien le cas d'Une folie, seconde version (créée en 1951) d'une comédie écrite en 1938, Un monde fou.

La folie, c'est le sentiment qui domine la pièce, mais c'est aussi le lieu unique de cette comédie, une maison bourgeoise du XVIIIème siècle appartenant à un psychiatre, docteur Flache (Olivier Lejeune). Celui-ci, tout jeune retraité, s'apprête à vendre sa maison, à partir dans le Midi, mais doit d'abord régler une affaire de divorce, ou bien de mariage, enfin... une histoire d'amour qui n'en est plus une, où la femme (jouée par Lola Dewaere) pense que l'homme (Manuel Gélin) est devenu fou et inversement. Les personnages secondaires apportent beaucoup à la pièce, provoquant souvent le rire: une gouvernante séductrice et une tapissière un peu perdue dans un quiproquo qui est l'un des moments les plus drôles de la pièce.

Une folie de Sacha Guitry au Théâtre Rive Gauche: un très bon moment

J'ai beaucoup aimé le jeu des acteurs, très dynamique, dans un décor soigné (on se croirait vraiment dans le cabinet du docteur Flache). J'ai trouvé Olivier Lejeune tout à fait convaincant et à l'aise dans la peau de psychiatre lui-même peut-être un peu fou, et j'ai beaucoup aimé qu'il s'adresse à nous, public, après la pièce pour présenter ses collègues et raconter l'histoire de cette pièce, j'avais comme l'impression de rentrer dans les coulisses et cela montre une réelle complicité entre les acteurs. Mais plus encore, j'ai adoré les rôles tenus par les femmes: bien sûr Lola Dewaere, dans le rôle de Missia, femme séduisante et caractérielle, mais aussi Alice Carel dans le rôle de la gouvernante-secrétaire-infirmière-etc., apportant un vrai dynamisme et toute une palette de caractères, et Mathilde Hennekine dans le rôle de la tapissière innocente. 

Et puis ce que j'ai apprécié aussi, c'est cette salle visiblement remplie de fans de Guitry, heureux d'être là, réagissant et riant franchement.

Envie de vous plonger dans l'atmosphère de la pièce? Voici la bande-annonce du spectacle !

Crédit photo:  Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo:  Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo:  Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

"Une folie", au Théâtre Rive Gauche

D'après une mise en scène de Francis Huster

Avec Olivier Lejeune, Lola Dewaere, Manuel Gelin, Marianne Giraud en alternance avec Mathilde Hennekinne, Alice Carel

 

Depuis le 2 juin 2016
Du mardi au samedi à 21h

Matinée le dimanche à 15h30

 

Informations et réservations ici

Voir les commentaires

6 minutes 23 séparent l'enfer du paradis: le livre de François Suchel qui m'a fait voyager

3 Juin 2016, 16:15pm

Publié par Claire

Aujourd'hui je vais vous parler d'un livre qui m'a accompagnée pendant de longues heures car je l'ai très soigneusement lu (et fini avec un peu de nostalgie), essayant d'en saisir chaque détail, y compris technique grâce à son précieux glossaire: il s'agit d'un essai au titre bien mystérieux, 6 minutes 23 séparent l'enfer du paradis de François Suchel.

Je ne connaissais au départ pas ce livre. Car l'avion, personnellement, me fascine tout autant qu'il me fait peur. Mais on a surtout peur de ce que l'on connaît mal, de ce que l'on ne maîtrise pas, n'est-ce pas? Or un jour, sur Twitter, je me rends compte que les éditions Paulsen organisent un concours pour gagner un voyage en avion en compagnie de l'auteur, François Suchel, pilote chez Air France depuis 1991. Cela m'a intriguée: tiens, il doit avoir beaucoup de choses à raconter, tellement de souvenirs que cela tiendrait tout un voyage? Bon, malheureusement, je n'ai pas gagné, il y avait très peu de chance en effet, mais aussitôt ma participation validée, j'ai acheté le livre, très intriguée, et par envie d'avoir une autre vision de l'avion, ne plus seulement en avoir peur mais aussi de mieux le connaître, de pouvoir rentrer enfin dans cette fameuse cabine de pilotage.

6 minutes 23 séparent l'enfer du paradis: le livre de François Suchel qui m'a fait voyager

Ce livre est divisé en plusieurs chapitres: la plupart racontent les aventures de François Suchel, des incident techniques, mais fort heureusement, pas seulement, sa formation, ses premiers vols en tant que co-pilote mais aussi, plus tard, commandant de bord, son bonheur de voler  quand d'autres racontent les mésaventures de ses collègues (certains donnent des sueurs froides!) ou les aventures des pionners de l'aviation, non sans une certaine nostalgie pour ces avions que l'on maîtrisait mieux, que l'on comprenait mieux à l'heure où Georges, le pilote automatique, peut parfois induire en erreur. On a vraiment l'impression d'être avec le pilote au sein de la cabine, on a peur pour lui, on se demande ce que l'on aurait fait dans certaines situations.

Et puis on retrouve un certain calme dans l'écriture, ouf, voler c'est aussi cela, c'est le bonheur de s'arracher à la vie terrestre, une parenthèse décrite avec beaucoup de poésie, de philosophie et d'interrogations sur le statut du pilote qui s'extrait un temps de sa condition d'humain rattaché à la terre ferme (ainsi, page 68: "Quelque que soit l'outil emprunté pour s'envoler, le pilote devra immanquablement revenir sur terre. Dans cette mission sans échappatoire réside la noblesse du métier. Si l'on y réfléchit bien, rares sont nos actions dont l'issue est obligatoire, quelles que soient les circonstances. On peut toujours reporter une réunion ou annuler un projet, pas un atterrissage. Le pilote en tire son orgueil, qui le rend incapable, parfois, d'exister sans son avion. Qu'est- ce qu'un pilote au sol? Un homme comme un autre, avec la gueule de bois. Un marin au port qui a le mal de terre. L'albatros malhabile de Baudelaire. Son retour au nid, bercé par les voluptés célestes, tout à son illusion de puissance, s'accompagne souvent de maladresses et d'incompréhensions. Exacerbées par la fatigue et le décalage, mille petites choses du quotidien, déplaisantes pour tous, mais insupportables pour lui, rappellent à l'oiseau déchu que la vraie vie est en bas, que le temps du vol n'était qu'une parenthèse éblouie" ).

 

J'ai beaucoup aimé ce mélange entre impressions de vol, rêveries, récits d'incidents... dont l'un deux, qui aurait pu être très grave, sur un Paris-Zurich, a donné son titre au livre. On découvre également qu'un incident n'est pas que mécanique mais peut aussi être diplomatique, comme dans un vol Paris-Beyrouth... Des récits très hétéroclites donc, mais toujours une réelle qualité d'écriture, un plaisir indéniable de lecture. François Suchel a visiblement fait un effort pour rendre son récit accessible à tous. N'ayant aucune connaissance dans le domaine aéronautique, ma lecture a en revanche été plus longue, car j'allais à chaque fois consulter le glossaire à la fin et je devais parfois m'y reprendre plusieurs fois afin de bien comprendre certains détails techniques. Maintenant, je voulais être sûre de tout retenir, ce n'est pas obligatoire et cela ne concerne que certains passages du livre, je vous rassure. J'ai pour le coup appris beaucoup de choses!

 

Vous l'aurez compris, il s'agit d'un véritable coup de coeur... et d'une première découverte des éditions Paulsen pour ma part!

6 minutes 23 séparent l'enfer du paradis: le livre de François Suchel qui m'a fait voyager

6 minutes 23 séparent l'enfer du paradis, François Suchel, Paulsen, Janvier 2016 - 19,90€.

Voir les commentaires

Concours sur le blog: des places à gagner pour Une folie de Sacha Guitry au Théâtre Rive Gauche

23 Mai 2016, 20:26pm

Publié par Claire

A l'heure où je regarde avec beaucoup de plaisir la Cérémonie des Molières, j'en profite pour vous présenter un concours exceptionnel (j'avais envie de dire de...folie!) en partenariat avec le Théâtre Rive Gauche.

A gagner: 4 X 2 places, en Catégorie 1, pour aller voir "Une folie" de Sacha Guitry au Théâtre Rive Gauche, valables tous les soirs sauf le samedi, du 2 juin au 2 juillet inclus.

Un très joli cadeau, non?

Concours sur le blog: des places à gagner pour Une folie de Sacha Guitry au Théâtre Rive Gauche

"Une folie" est une pièce qui est en effet très prochainement à l'affiche du Théâtre Rive Gauche, que vous le savez, je fréquente beaucoup et avec bonheur (et qui est en plus situé dans un quartier que j'adore).

Voici quelques informations sur la pièce (Source: site du Théâtre Rive Gauche, comme je n'ai pas encore vu la pièce... Mais j'y vais en juin, je vous ferai donc un compte-rendu!)

Une folie

Une comédie de Sacha Guitry, d'après une mise en scène de Francis Huster

Avec Olivier Lejeune, Lola Dewaere, Manuel Gelin, Marianne Giraud, Alice Carel

A partir du 2 juin 2016

Du mardi au samedi à 21h

Matinée le dimanche à 15h30

Relâches: 11 et 24 juin, 7, 19 et 27 juillet, 9 et 19 août

Le docteur Flache, célèbre psychiatre, est sur le point de quitter Paris pour prendre sa retraite dans le midi, laissant ses patients, son joli petit pavillon du XVIIIème et son infirmière… Mais c’est sans compter sur l’irruption soudaine de Jean-Louis, puis de la charmante Missia dans son bureau : chacun lui demandant d’examiner son conjoint, qu’il croit devenu fou…

En 1934, le divorce est un sujet encore très délicat ; avec « Une Folie » Sacha Guitry, en véritable visionnaire, brise ce tabou avec humour et finesse.

 

Crédit photo: Christine Renaudie

Crédit photo: Christine Renaudie

Crédit photo: Christine Renaudie

Crédit photo: Christine Renaudie

Modalités de participation:

Vous pouvez participer jusqu'au dimanche 29 mai inclus. Je tirerai ensuite au sort 4 personnes qui remporteront chacune 2 places valables du 2 juin au 2 juillet inclus, sauf le samedi, en 1ère catégorie. N'hésitez pas de partager ce concours avec vos amis et proches!

Je tirerai ensuite au sort 4 commentaires...

Pas de points supplémentaires cette fois-ci, même si cela me ferait plaisir que vous me suiviez sur un de mes réseaux sociaux ( Twitter, IG, FB, HC ).

En revanche, je vous demande d'être certain(e) de pouvoir être présent(e) à Paris sur une des dates.

Un grand merci à l'équipe du Théâtre Rive Gauche de me permettre d'organiser ce fantastique concours! :)

 

Edit:

 

Voici les résultats du concours, les gagnants ont été contactés ! ;)

 

(Thomas, Tanguy, Letizia, Marc)

Concours sur le blog: des places à gagner pour Une folie de Sacha Guitry au Théâtre Rive Gauche

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>