Dans le grenier de Claire

Libres sont les papillons au Théâtre Rive Gauche: entre rire et émotion

26 Mars 2016, 20:30pm

Publié par Claire

Il y a quelques jours, j'ai retrouvé le théâtre Rive Gauche non pas pour revoir le spectacle "Barbara et l'homme en habit rouge", même si cela m'aurait bien dit, mais pour découvrir une comédie moderne adaptée par Eric-Emmanuel Schmitt à partir d'un comédie musicale de Leonard Gershe: "Libres sont les papillons", dans une mise en scène de Jean-Luc Moreau, avec Anouchka Delon et son compagnon Julien Dereims, Nathalie Roussel et Guillaume Beyeler.

Libres sont les papillons au Théâtre Rive Gauche: entre rire et émotion

Si au début je n'aimais pas le texte lui-même de la pièce, le trouvant trop "simple", petit à petit, je me suis littéralement laissée emporter par l'intrigue transportée dans une chambre de bonne sous un toit parisien: le texte va crescendo, entre humour, disputes et émotion. Elle met en scène des personnages très contrastés: Quentin, un jeune homme de vingt ans (joué par Julien Dereims), atteint d'une infirmité que l'on découvre au cours de la pièce, a quitté son domicile huppé de Neuilly, que l'on devine à travers le personnage de sa mère (Nathalie Roussel), très BCBG, mais dont la coquille finira par se briser et auquel on s'attache finalement. Il apprend à découvrir son excentrique jeune voisine Julia (Anouchka Delon), qui cependant fait la connaissance d'un metteur en scène bien idiot-comme-il-faut (Guillaume Beyeler).

 

Crédits photo: Fabienne Rappeneau.

Crédits photo: Fabienne Rappeneau.

Crédits photo: Fabienne Rappeneau.

Crédits photo: Fabienne Rappeneau.

Crédits photo: Fabienne Rappeneau.

Crédits photo: Fabienne Rappeneau.

Crédit photo: Fabienne Rappeneau.

Crédit photo: Fabienne Rappeneau.

J'ai été très impressionnée par le jeu des acteurs, surtout dans la dernière partie de la pièce où, après avoir été plutôt dans le registre de l'humour jusqu'à présent, on se laisse surprendre par une grande émotion qui a provoqué les larmes chez moi (et mes voisins aussi!). J'ai trouvé le décor très réaliste, on avait vraiment l'impression de vivre nous aussi dans cette chambre de bonne, et la mise en scène très efficace. Et j'étais heureuse de voir que les comédiens n'étaient pas sonorisés, ce qui arrive parfois dans ce théâtre. Un très bon moment, et bonne nouvelle, comme la pièce est un succès, elle a été prolongée: vous pourrez la voir jusqu'au 26 mai 2016.

 

 

Libres sont les papillons, une comédie de Léornard Gershe, adaptation d'Eric-Emmanuel Schmitt

Avec Nathalie Roussel, Anouchka Delon, Julien Dereims et Guillaume Beyeler

Au Théâtre Rive Gauche, du mardi au samed à 21h, matinée le dimanche à 15h

Jusqu'au 26 mai 2016

De 12 à 36€

 

Merci au Théâtre Rive Gauche pour les invitations :)

 

Commenter cet article

Cassendre 20/05/2016 15:31

Salut ! J’ajouterais même que par moment c’est la combinaison parfaite pour se vider la tête ou se remonter le moral (rire).

Cassendre 17/05/2016 15:55

J’ai vu cette pièce en compagnie de mes amis du réseau social http://www.woozgo.fr/, et ce qui est sûr, c’est que le spectacle vaut largement le détour. Et pour cause, les acteurs sont géniaux et j’ai adoré leur complicité. On a également apprécié l’histoire, c’est à la fois drôle et triste.

Claire 18/05/2016 09:14

Oui, passer du rire aux pleurs, c'est souvent une combinaison efficace. :)