Dans le grenier de Claire

Rio pour les JO: épisode 3!

16 Septembre 2016, 18:59pm

Publié par Claire

Suite de nos aventures à Rio...

Pour (re)lire l'épisode 1 et comprendre l'origine de ce voyage très spécial, c'est ici

Et pour lire l'épisode 2, c'est !

 

Lundi 15 août: place au handball!

 

Ce lundi 15 août était férié en France... mais bien occupé pour nous! Nous arrivons très tôt sur le site olympique principal, après avoir testé pour la première fois un service de navette construit pour la Coupe du Monde, le BRT, notre van habituel ne disposant pas des droits pour s'approcher des sites. L'occasion d'inaugurer notre Rio Card, une carte de transport très colorée donnant accès à tous les transports en commun, pour nous pendant 3 jours. Lorsque nous arrivons, le site est encore vide et paraît donc gigantesque. Tout est bien organisé et les bénévoles sont extrêmement souriants (une volontaire se met même à me chanter une chanson, un autre crie "Bonjour France!"), le passage de la sécurité se fait assez rapidement. Nous avons environ une heure trente devant nous avant d'aller voir les premiers matchs de handball. Comme il fait très, très chaud (une chaleur humide, nous n'avons pas l'habitude), nous faisons des provisions de bouteilles d'eau... avec bouchons (pour comprendre pourquoi, voir l'épisode 1!).

 

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Puis il est temps de rejoindre la Future Arena (Arena do Futuro) pour le handball... Et ô jolie surprise, en attendant le match, des animations nous attendent! Des acrobates-danseurs font un numéro très réussi avec les drapeaux des pays qui vont jouer ce matin (la Pologne, la Slovénie, l'Allemagne et l'Egypte). J'aime beaucoup l'intérieur de l'Arena: on voit bien mieux le terrain qu'à Londres (comme il était rose et bleu, parfois, cela fatiguait l'oeil) et les sièges sont très colorés. Par contre, en parlant des sièges, il n'y a pas de "placeurs": donc c'est un peu... n'importe quoi, et les spectateurs arrivant progressivement, au cours de la matinée, il y a plein de mouvements dans le public quand les personnes reprennent leur vraie place. Un joli moment en tout cas, nous avons vraiment vu de belles actions, en attendant LE match que nous souhaitions voir l'après-midi, France-Danemark, oui oui, comme la finale!

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Mais en attendant, il faut ressortir et... c'est littéralement une fournaise dehors! Seul petit bémol du site olympique, comme il n'y a presque pas de végétation, l'ombre se fait extrêmement rare et devient un vrai luxe. Il fait si chaud qu'à part une glace au citron, nous décidons de ne pas manger. 

 

France-Danemark, un magnifique match

 

Et enfin, il est tems de retrouver la Future Arena pour le match que nous attendions avec beaucoup d'impatience (ce sont des billets que l'on a achetés en plus, en se disant que c'était vraiment dommage de rater ce moment). Eh bien à ma grande surprise, il y a beaucoup de Français dans la salle! De manière générale, nous en avons quand même rencontré un certain nombre sur le site olympique. Il y a beaucoup d'ambiance, on crie, on a peur pour les handballeurs... Et surtout, on admire et encourage le gardien "Titi" qui a été extraordinaire ce jour-là. Et, contrairement à la finale, nous avons gagné face au Danemark, c'est donc le sourire aux lèvres que nous retrouvons notre guide Marta... direction le stade d'athlétisme; et dehors, encore une surprise, le soleil s'est transformé en gigantesque brouillard. Le début d'une drôle d'aventure au coeur des transports brésiliens!

 

Petit problème: comment se rendre au stade d'athlétisme?

 

Eh oui, cela avait l'air simple dans le planning: prendre le BRT jusqu'à Madureira (ou bien Central do Brasil) et reprendre l'équivalent d'un RER... Oui mais... Le BRT, en heure de pointe, est alors emprunté à la fois par les spectateurs des JO et par les travailleurs qui reviennent chez eux. Les quais sont noirs de monde, une dizaine de "bus-tramways" sont passés, tous bondés, impossible de monter dedans, si bien que certains s'étaient même mis derrière les portes palières pour passer avant. A côté de cela, le RER A ou la ligne 13, c'est une rigolade (oui oui!). Donc du coup, plan B: nous allons prendre un taxi jusqu'à Madureira, pour reprendre ce fameux train que j'appelle RER. ;) Petit problème: nous ne rentrons pas tous dans un seul taxi! Alors avec M. Claire et nos amis golfeurs, nous montons dans un premier taxi, notre guide Marta lui ayant expliqué notre destination en portugais. Pourvu qu'il ait bien compris! Nous tentons de communiquer, il nous montre l'appli Google Traduction sur son téléphone et nous dialoguons ensemble grâce à ce logiciel miracle, même si parfois il y a des bizarreries de traduction.

Ouf, nous voilà arrivés à Madureira après un trajet... disons agité (nous avons eu plusieurs fois très peur après des insertions "sauvages", mais le chauffeur a aussi manqué renverser plusieurs piétons en arrivant à toute allure à la gare), par chance, on a vite un train et nous arrivons au Stade, j'étais heureuse, moi qui étais si déçue d'arriver en retard, on est arrivés à temps, accueillis par le rythme de la samba dès la gare. Arrivés au stade, ce sont des percussions qui nous accueillent, ainsi que des danseurs revêtus de costumes étincelants, pleins de pailletes. Comme nous commencions à avoir faim avec toutes ces aventures, je décide d'acheter des pop-corns. Je suis un peu dépitée: ils sont natures! Mais alors un spectateur brésilien, tout sourire, me sort un paquet de sel de sa poche et me propose de les saler, un geste très touchant! Puis nous montons, montons... C'est très abrupt, les tribunes sont très hautes par rapport à la piste d'athlétisme, il n'y a pas de réelle "proximité".

 

Et nous voilà installés face au saut à la perche, une place idéale pour la finale! En attendant, nous assistons à la remise des médailles du 100m, avec Usain Bolt en personne; malheureusement, il est de l'autre côté de la piste et pour être honnête, on ne le voyait pas très bien. Puis il se met à pleuvoir, et les organisateurs diffusent non sans humour "Singin' in the rain" avec en image une grenouille qui danse la samba sur la piste d'athlétisme.

 

 

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Nous assistons à plusieurs séries (l'occasion de voir Dimitri Bascou au 110m haies, qui aura quelques jours plus tard une médaille de bronze!) après la fin de la pluie, et enfin au saut à la perche que j'attendais tant! Mais disons qu'il y a eu quelques retards... Apparemment, les volontaires avaient le plus grand mal à faire tenir la perche correctement. Même du public, on voyait bien qu'elle était de travers! On pense que le problème est réglé, un athlète s'élance, un volontaire traverse devant lui pendant ce temps-là... Alors il faut recommencer, et la perche tombe à nouveau toute seule... Je commence à angoisser: oh non, ce serait trop bête, si cela continue, le concours va être reporté! Et je pense aux athlètes, comment gérer ces contretemps? Mais ça y est, enfin, le concours est lancé. Comme il y a des places vides, on finit par descendre pour encourager Renaud Lavillenie. Au passage, je croise des Jamaïcains qui me demandent s'ils peuvent faire une photo avec mon drapeau français. L'occasion de discuter, de faire connaissance... Et ils m'ont même offert un tee-shirt "Usain Bolt" que je garde précieusement, symbole de la véritable amitié entre les spectateurs des JO.

Revenons à la perche... J'ai si peur! Dans les derniers sauts, je préfère fermer les yeux, voir si Renaud Lavillenie a franchi la barre après... Je rouvre les yeux, zut, ce n'était pas pour ce soir, je n'ai plus de voix à force d'encourager, mais le Brésilien Thiago Braz da Silva est plus fort ce soir-là et est très impressionnant. C'est tout de même une belle médaille d'argent! En tout cas, j'ai vécu ce moment très intensément, j'avais le coeur qui battait, j'avais vraiment envie de l'or pour le français. Un des plus beaux moments de mon séjour à Rio!

Le fameux tee-shirt offert par les spectateurs jamaïcains :)

Le fameux tee-shirt offert par les spectateurs jamaïcains :)

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Il est temps de rentrer, la finale a eu lieu plus tard que prévu, nous commençons à être réellement fatigués. Nous prenons donc le train, ouf, tout fonctionne bien, puis un bus pour retrouver ensuite notre van... Mais décidément, pas de chance, il rate notre arrêt. Le van nous retrouve donc à la station suivante et nous rentrons à l'hôtel à 1h30... Ouille, le réveil promettait d'être difficile, mais comme je vous le disais, on avait décidé de vivre l'aventure intensément, peu importe la fatigue! Le réveil est programmé à 6h30 et il est temps d'essayer de dormir après la magie de cette journée...

La suite dans l'épisode 4! :)

Commenter cet article