Dans le grenier de Claire

Hôtel des deux mondes au Théâtre Rive Gauche

3 Février 2017, 20:32pm

Publié par Claire

C'est avec une immense joie que j'ai retrouvé le Théâtre Rive Gauche pour assister à une pièce d'un de mes auteurs de théâtre préférés, Eric-Emmanuel Schmitt, dont j'aime beaucoup l'écriture, avec l'art de traiter des sujets graves en mêlant philosophie, ironie et élégance. Et c'est cette écriture si particulière que l'on retrouve dans Hôtel des deux mondes, une pièce qui traite d'un sujet grave, peut-être tabou: le coma.

Hôtel des deux mondes au Théâtre Rive Gauche

L'hôtel des deux mondes, c'est un entre-deux, un endroit où l'on arrive en ascenseur sans vraiment savoir pourquoi au début, accueilli par des anges, mais on le devine au fil des conversations avec les pensionnaires. Un endroit entre la vie et la mort, en attendant que le destin se joue, ce moment décisif qui nous fait reprendre l'ascenseur dans une musique réellement angoissante, et où l'on se surprend à avoir le coeur qui bat, à guetter quelle flèche va s'allumer: bas, haut? Le contact avec le reste du monde, celui des vivants, n'est pas totalement rompu: la mystérieuse docteur S apporte des nouvelles médicales à ces pensionnaires bien particuliers, et on peut entendre les conversations autour du lit d'hôpital en retrouvant sa chambre d'hôtel.

Alors évidemment, cela pourrait être étouffant, pesant, mais c'est sans compter les subtiles touches d'ironie et de légèreté qui permettent de respirer, une vraie réflexion sur la vie et sur le "don" de l'existence, souvent menée par le Docteur S derrière laquelle on voit poindre l'écrivain-philosophe. La mort est-elle toujours juste? Pourquoi certains retournent-ils sur terre contre toute attente, alors que des personnes que l'on juge moralement meilleures meurent trop tôt? C'est au milieu de ces questionnements métaphysiques, dans ce lieu où les douleurs des malades disparaissent, où le corps retrouve sa liberté de mouvement, que naît même une histoire d'amour, un des plus jolis moments de la pièce à mon goût.

 

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Ce très beau texte est sublimé par la parfaite diction des acteurs et une mise en scène plein de trouvailles, dans un décor futuriste où les lumières ont un vrai rôle, rajoutant à l'angoisse du spectateur. C'est ce va-et-vient entre angoisse, émotion, réflexion et humour, avec des personnages si attachants, qui fournit les ingrédients d'une pièce totalement réussie, avec un plateau d'acteurs vraiment exceptionnels et donnant à la pièce toute sa profondeur. J'y repense d'ailleurs depuis, quand je croise un ascenseur, et parce que toutes les jolies réflexions de la pièce continuent à me "hanter", particulièrement l'histoire émouvante du Mage Radjapour... mais je ne vous en dis pas plus.

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Hôtel des deux mondes

De Eric-Emmanuel SCHMITT
Mise en Scène Anne BOURGEOIS
Avec par ordre d'apparition en scène : Davy SARDOU, Jean-Paul FARRE, Jean-Jacques MOREAU, Michèle GARCIA, Odile COHEN, Noémie ELBAZ, Günther VANSEVEREN, Roxane LE TEXIER

DEPUIS LE 19 JANVIER 2017
Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Réservation ici

Vous pouvez également découvrir en ce moment au théâtre Rive Gauche une autre pièce dEric-Emmanuel Schmitt, Le Chien, que j'avais chroniquée ici, ainsi que Le Bal de Némirovsky.... l'article arrive !

 

Merci infiniment au Théâtre Rive Gauche pour cette nouvelle invitation :)

Commenter cet article

Angelilie 09/02/2017 16:07

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement. bonne journée