Dans le grenier de Claire

Du miel pas comme les autres...

25 Janvier 2016, 21:28pm

Publié par Claire

S'il y a bien un produit que j'apprécie beaucoup, particulièrement le matin, c'est le miel. Je collectionne les pots, et celui de châtaignier a très clairement ma préférence. Alors quand Botanic®  m'a proposé de tester leur nouvelle gamme de miels épicés, je n'ai pas hésité.

Oui oui, vous avez bien lu, des miels épicés, c'est très original! Ils sont essentiellement conçus pour la cuisine et réaliser des plats sucrés-salés, même si personnellement je parfume mon thé avec ma variété préférée, le miel Traversée nordique (miel 98%, fenouil, orange, cannelle, badiane). Et tous sont élaborés à partir d'ingrédients issus de l'Agriculture Biologique, ce qui est je trouve un vrai atout.

Du miel pas comme les autres...

Cette gamme de 7 miels est donc surtout destinée à accompagner les viandes, les poissons et les crustacés. J'ai par exemple testé le miel "Traversée nordique" pour faire cuire un poulet, cela a été une vraie réussite (mais comme mes photographies ne sont pas une réussite, je ne les publierai pas... En même temps, un poulet est-il photogénique? :) ).  Attention, j'avais eu peur d'avoir la main lourde, mais au contraire, il ne faut pas hésiter à mettre plusieurs généreuses cuillères à soupe car sinon le goût s'évapore un peu à la cuisson. J'ai vraiment aimé ce goût sucré-salé et discrètement épicé! Je suis certaine aussi que ce serait délicieux avec le miel Découverte Créole, mais je vous avoue que je ne l'ai pas encore testé pour cuisiner, mais juste goûté. Il est très parfumé car il contient du miel donc, du curcuma, de la coriandre, du gingembre, de la vanille et du piment.

Du miel pas comme les autres...
Du miel pas comme les autres...
Du miel pas comme les autres...
Du miel pas comme les autres...

Si comme moi vous avez un niveau modeste en cuisine et que vous manquez d'idée, vous pouvez vous rendre sur ce site pour retrouver des recettes d'Emmanuel Hebrard. Vous y trouverez par exemple une recette de canard rôti avec le miel Soleil levant (cardamone, coriandre, citronnelle, thé, graines de sésame) ou de Poulet rôti en cocotte avec le miel épicé n°2, soit le miel Balade en Méditerranée (thym, romarin, paprika, piment). Je dirais que globalement, ces miels accompagnent très facilement le poisson! J'aurais juste aimé des suggestions sur le pot de chaque miel (par exemple, tel miel pour tel poisson) pour le côté pratique! En tout cas, c'est une bonne idée de petit cadeau.

Vous les trouverez au prix de 8€50 chez Botanic®  (pot de 270g).


Et vous, des idées vous viennent à l'esprit avec ces miels épicés?

Produits offerts par Botanic
® , merci à eux.
 

Voir les commentaires

"La septième fonction du langage" de Laurent Binet: une lecture jubilatoire

17 Janvier 2016, 20:58pm

Publié par Claire

Aujourd'hui je vais vous parler d'un livre qui m'attend sagement sur ma table de chevet depuis plusieurs semaines. Non pas parce que je l'ai abandonné, non, bien au contraire: parce que j'ai pris un plaisir certain à le grignoter, à le déguster sans hâter ma lecture pour le savourer et surtout en saisir tout son sens.

Ce livre si singulier, c'est La septième fonction du langage de Laurent Binet, nouveauté de la rentrée littéraire 2015. J'ai eu la grande chance de le recevoir de la part de Price Minister à l'occasion de leur Match de la Rentrée Littéraire: nous devions choisir un livre pour le chroniquer ensuite. Et j'ai justement choisi ce livre parce que le titre ne m'évoquait rien. Enfin, si, mais il me semblait si sérieux, si... étrange. Eh bien, le moins que l'on puisse dire, c'est que je ne regrette pas ce choix de l'originalité, et que ce livre est une très belle rencontre pour moi. Je parle de rencontre, parce qu'il a été comme un ami qui m'a accompagnée de nombreuses heures et m'a fait découvrir beaucoup de notions sur le langage justement.

"La septième fonction du langage" de Laurent Binet: une lecture jubilatoire

Mais pour que vous compreniez tout cela, il est temps de vous raconter (un peu) l'intrigue, mais pas trop non plus pour vous en laisser la surprise. Laurent Binet a voulu confronter la réalité à la fiction, en quelque sorte tester le pouvoir du langage, cela tombe bien, en partant d'un postulat... faux. Celui que Roland Barthes aurait été assassiné. En effet, il est réellement mort un mois après avoir été renversé par une camionnette, le 25 février 1980. Mais si cela était un assassinat? Et voilà qu'une enquête policière bien particulière, dans le milieu des intellectuels des années 70, commence, en compagnie d'un couple d'enquêteurs très atypique: d'un côté Jacques Bayard, policier de droite, de l'autre, Simon Herzog, sémiologue, universitaire de gauche. Ce dernier sert en quelque sorte de "traducteur" à un Bayard perdu dans cette enquête dans le milieu des universitaires, mais aussi à nous, lecteurs. Et voilà comment on rencontre dans le livre Sollers, Kristeva, Giscard, Mitterand, Deleuze, Lacan, Foucault, BHL... et surtout Umberto Eco, qui devient un personnage central, comme un vieux sage rassurant, mais aussi un phare pour nous, lecteurs.

"La septième fonction du langage" de Laurent Binet: une lecture jubilatoire

La septième fonction du langage, c'est une fonction magique, qui vient s'ajouter aux six fonctions du langage décrites par Saussure, comme l'explique Umberto Eco, attendant son train, dans le roman: " Celui qui aurait la connaissance et la maîtrise d'une telle fonction serait virtuellement le maître du monde. Sa puissance n'aurait aucune limite. Il pourrait se faire élire à toutes les élections, soulever les foules, provoquer des révolutions, vendre toutes sortes de produits imaginables, bâtir des empires, obtenir tout ce qu'il veut en n'importe quelle circonstance..." Et cette fonction mystérieuse expliquerait tout une série de meurtres et aurait un rapport avec un club bien mystérieux, le Logos Club, dont les membres se livrent à des joutes oratoires qui peuvent leur faire perdre une phalange. Et... non, je m'arrête là, de peur de trop en dire.

"La septième fonction du langage" de Laurent Binet: une lecture jubilatoire

On sent en tout cas une réelle jubilation à écrire ce roman de la part de Laurent Binet. Un exercice de haute voltige, c'est certain. Comment parler de sémiologie en passionnant absolument le lecteur? Mais par l'humour, pardi! Car oui, l'ironie transperce les pages, c'est un réel plaisir de revisiter ainsi l'histoire. Cependant, au-delà de cette dimension humoristique, j'ai aimé finalement la dimension didactique du livre, ce qui explique ma lecture volontairement lente. Car j'ai parfois relu plusieurs fois certains passages pour être sûre de les comprendre et de les mémoriser. En effet, je suis persuadée que ce livre a deux lectures: une rapide, traditionnelle, favorisant le côté polar et humour, et la seconde, que j'ai choisie, quasiment philosophique, une réelle interrogation sur la fonction du langage, avec des passages apprenant réellement au lecteur des éléments de linguistique et de sémiologie. 

 
Vous l'aurez compris, ce roman a été un véritable coup de cœur pour moi. Il a vraiment sa singularité et j'en ai parlé à beaucoup de personnes de mon entourage car il m'a réellement accompagnée durant des semaines.C'est un pari un peu "fou" d'écrire un polar sur le milieu des sémiologues, mais il est vraiment réussi, créant un roman absolument brillant et... jubilatoire. Voici comment le langage a bien eu une fonction magique sur nous, lecteurs, et a réussi à nous convaincre d'une histoire absolument fausse, mêlant fiction et réel. Et voici comment j'ai eu la brûlante envie de relire Le Nom de la Rose du grand Umberto Eco...
 
 
 
La septième fonction du langage, Grasset, 22€, 496 pages. Paru le 19/08/2015.

Cet article participe au Match de la Rentrée Littéraire organisé par PriceMinister. Merci infiniment à eux pour l'envoi de ce roman. #MRL15

 

Voir les commentaires

Taste of Paris revient en février! :)

13 Janvier 2016, 21:32pm

Publié par Claire

Souvenez-vous, l'an dernier, je vous avais parlé de ma visite de Taste of Paris... Eh bien cette année, ce rendez-vous revient au Grand Palais pour le plus grand bonheur des gourmands! Vous pourrez y retrouver de grands chefs, goûter leurs fabuleux plats, assister à des démonstrations de recettes avec Electrolux, découvrir des exposants de qualité... le tout sous la majestueuse nef du Grand Palais! L'an dernier, j'en avais été enchantée et je compte bien renouveler l'expérience cette année. Rendez-vous donc du 11 au 14 février 2016...

Crédit photo: Fred Stucin

Crédit photo: Fred Stucin

Pour vous inscrire, cela se passe ici ! N'oubliez pas de préciser à quelle session vous venez. Je vous conseille vraiment de prendre un pass avec des crédits, car c'est une occasion unique de goûter plusieurs plats de grands chefs (par exemple, un mini plat gastronomique coûte entre 5 ou 8 crédits, soit entre 5 ou 8€), un mini plat signature entre 12 et 15 crédits selon les ingrédients...). Un conseil: venez avec une autre personne pour goûter les plats à deux... et donc en tester deux fois plus! Et prévoyez de la monnaie pour racheter des jetons ou acheter des produits aux exposants.

Pass Découverte: 15€ le midi, 18€ le soir (accès au festival et aux animations)

Pass Gourmet: 45€ (comme le Pass Découverte + 35€ de crédits à dépenser auprès des restaurants et des bars)

 

Et il y a d'autres formules plus privilégiées que vous découvrirez sur le site... Je vous recommande personnellement le Pass Gourmet, même si le Pass Premium fait rêver!

 

Alors, vous en serez? :)

 

Voir les commentaires

Alex Ramirès au Théâtre des Blancs Manteaux: une heure de bonheur!

11 Janvier 2016, 21:00pm

Publié par Claire

Samedi soir avec monsieur Claire nous nous sommes rendus pour la première fois au Théâtre des Blancs-Manteaux. J'ai toujours adoré cette atmosphère des petits théâtres, où les acteurs vous saluent à la fin, et où la salle est forcément chaleureuse. Cette fois-ci, nous avons donc traversé le quartier du Marais, où la tranquillité de la rue des Blancs-Manteaux contraste avec l'ambiance festive et animée des artères principales!

Crédit photo: Théâtre des Blancs Manteaux

Crédit photo: Théâtre des Blancs Manteaux

Nous avons donc pris place dans une des deux salles de ce petit théâtre. A ce propos, je vous conseille d'arriver un peu en avance pour être placé dans les premiers rangs (prévoir un parapluie, l'attente se fait dehors!); il y a même un bar pour vous faire patienter. Et c'était le début d'une heure de pur bonheur avec Alex Ramirès! Nous avons beaucoup, beaucoup ri. Et pourtant, faire rire en continu en étant seul sur scène me semble un exercice difficile et risqué. Et surtout, comment être original?

Justement, sur ce point de vue de l'originalité, Alex Ramirès s'en sort parfaitement, en grand observateur de nos petites habitudes quotidiennes mais aussi des travers de la société. Avec beaucoup de mimiques et de jeux de voix, le voilà tantôt dans la peau d'une tata très fortement alcoolisée, nous menant du rire à l'émotion, ou au contraire transformé en un candidat de télé-réalité bien idiot comme il faut (NRJ 12 en prend pour son grade!). C'est d'ailleurs mon moment préféré. Il parvient même à nous faire rire avec de simples jouets qui sentent la fraise ou les super-héros de notre enfance...

Il n'y a aucune relâche et un réel travail de mise en scène (par Stéphane Casez). Si vous voulez le voir, il vous reste peu de temps, puisqu'il n'est au théâtre des Blancs Manteaux que jusqu'au 31 janvier 2016... avant de retrouver les planches de la Comédie des Boulevards à partir du 5 février!

Alex Ramirès au Théâtre des Blancs Manteaux: une heure de bonheur!

"Alex fait sa crise" au Théâtre des Blancs Manteaux

15 rue des Blancs Manteaux, 75004 (Métro: Hôtel de Ville)

Mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 21h, du 2 au 30 janvier 2016

Placement libre - Prix des places: 13 à 20€

 

Invitations offertes par le théâtre  - Merci à eux :)

Voir les commentaires