Dans le grenier de Claire

La Peur de Stefan Zweig au Théâtre Michel: une pièce bouleversante

8 Novembre 2016, 12:09pm

Publié par Claire

Voici une première fois en tant que spectatrice au Théâtre Michel dont je me souviendrai... En arrivant, j'ai déjà adoré l'ambiance du théâtre, et j'étais déjà très impatiente à l'idée de découvrir une pièce de Zweig, un auteur dont j'apprécie particulièrement l'univers. Mais j'en suis repartie absolument ébahie devant cette prouesse théâtrale!

La Peur de Stefan Zweig au Théâtre Michel: une pièce bouleversante

La Peur est une nouvelle de Stefan Zweig qui porte parfaitement son nom: Irène est une trentenaire bourgeoise qui trompe son mari. Mais un jour, elle rencontre une femme très étrange qui commence à opérer un véritable chantage psychologique, menaçant de tout révéler à Fritz, le mari d'Irène (avocat), si elle ne reçoit pas toujours plus d'argent. Car c'est bien ici la psychologie des personnages qui est explorée et tout les mécanismes de la peur. Qui est cette étrange femme qui apparaît dans l'univers d'Irène, parfois réelle, parfois fantôme?

Crédit photo Karine Letellier

Crédit photo Karine Letellier

J'ai trouvé la mise en scène (d'Elodie Menant), inspirée de Fenêtre sur Cour d'Hitchcock, très inventive et particulièrement représentative de cette peur: le décor d'appartement bourgeois, sur roulettes, se referme petit à petit sur les personnages, regorge d'ombres, de cachettes et montre spatialement le piège psychologique qui se referme sur Irène. Je dois vous dire que cette peur, je l'ai vraiment ressentie, j'en ai eu des frissons... aussi provoqués par le jeu des acteurs, extraordinaire. Vraiment, les trois comédiens incarnent parfaitement leur personnage et on est littéralement transportés par cette histoire: comme Irène (Hélène Degy), on a peur, très peur de ce fantôme (Ophélie Marsaud) qui la ferait presque sombrer dans la folie et qui occupe parfois son espace vital, venant parfois interrompre ses conversations avec Fritz (Aliocha Ivotich). J'avoue avoir été totalement subjuguée par ce trio, et j'ai été tellement enthousiaste que j'ai très envie de retourner voir la pièce. Et tant pis si cela me fait si peur!

Crédit photo Karine Letellier

Crédit photo Karine Letellier

Crédit photo Karine Letellier

Crédit photo Karine Letellier

Crédit photo Karine Letellier

Crédit photo Karine Letellier

La Peur, d'après Stefan Zweig

Au Théâtre Michel depuis le 7 octobre 2016

Mise en scène: Elodie Menant

Avec Hélène Degy, Aliocha Itovich, Ophélie Marsaud

Décor: Olivier Defrocourt

Le jeudi, le vendredi, le dimanche à 19h

Le samedi à 19h15

Tarifs: de 18 à 29€

 

Merci au Théâtre Michel pour les invitations :)

Bande-annonce du spectacle

Voir les commentaires

Une soirée très gourmande avec Paysan Breton

6 Novembre 2016, 20:31pm

Publié par Claire

Il y a quelques (enfin, beaucoup de...) semaines, j'ai été conviée à une soirée très, très gourmande avec Paysan Breton. J'étais ravie de venir, car je connais très bien la marque pour son fromage fouetté nature que j'adore tartiner sur un morceau de baguette. A l'occasion de la sortie d'une nouveauté dans cette gamme de fromage fouetté, Le Concassé de Poivres (oui, avec un s car il y a trois poivres différents : blanc, noir et vert), nous avons été invités à découvrir comment insérer ces fameux pots de fromage totalement régressifs dans un plateau plus traditionnel, avec des suggestions de vins rouges et blancs pour accompagner le tout... je vous laisse deviner comme il a été difficile pour moi, littéralement amoureuse du fromage, de tester tous ces accords.:) Pour l'occasion, nous avons eu en même temps un cours d'oenologie avec le COAM : le Cours d'Oenologie and more, pour apprendre à allier vin et fromage . Nous sommes d'ailleurs repartis avec un guide très utile et synthétique, avec de très jolis couteaux à beurre et à fromage. Alors voici des petites idées de plateaux et d'alliance vin/fromage/pain (oh les gourmands!) pour magnifier ces petits pots de fromage qui ont un vrai goût de reviens-y... Concernant les vins, précisons que je vais vous proposer les alliances suggérées par la marque Paysan Breton, à un prix volontairement abordable pour rester dans la même gamme de prix qu'un pot de Paysan Breton et pour que cela soit accessible à tous, mais sachant que ce soir-là nous avons parfois dégusté en complément des vins parfois plus rares et d'une gamme de prix supérieure.

Voici la fameuse nouveauté: le Concassé de Poivres! Crédit photo: Paysan Breton

Voici la fameuse nouveauté: le Concassé de Poivres! Crédit photo: Paysan Breton

Avec le Ail et Fines Herbes

Pour cette saveur fraîche, nous retrouvons de l'ail, du persil, de la ciboulette. Pour tempérer l'ail, on peut donc l'associer à un Emmental, ou encore un fromage de chèvre au goût puissant comme le Rocamadour. On peut accompagner le tout d'un Sauvignon de Touraine (vin blanc) pour ses notes fruitées, ou d'un Gamay (vin rouge), frais et léger.

Crédit photo: ©Virginie Fouquet

Crédit photo: ©Virginie Fouquet

Avec le Concassé de Poivres

Voici des suggestions pour ne pas laisser tout seul ce petit nouveau sur votre plateau de fromages : accompagnez-le d'un Brie et d'un Cantal dont la pointe salée équilibrera la puissance du poivre, avec une simple baguette. Côté vin, vous pouvez choisir, dans la famille des blancs, un Muscat d'Alsace, fruité, ou, dans la famille des rouges, un Pinot noir de Bourgogne qui comporte justement des notes poivrées. J'ai bien aimé cette nouveauté un peu "piquante" qui change un peu et que je me vois bien utiliser en cuisine, par exemple en confectionnant des chaussons pour l'apéritif. Mais j'avoue que je préfère par-dessus tout l'original!

Crédit photo: ©Virginie Fouquet

Crédit photo: ©Virginie Fouquet

Avec le Noix et Figue

Tout d'abord, je dois vous dire que ce fromage étalé sur un pain aux noix, c'est un délice ! D'ailleurs pour en être bien sûre j'en ai repris plusieurs fois (hi hi). Et bien évidemment c'est parfait également sur un pain aux figues. Vous pouvez l'accompagner d'un Ossau Iraty (miam!) et d'un chèvre cendré (Sainte-Maure de Touraine par exemple) qui aura un léger goût de noisette. Du côté des vins, vous pouvez opter pour un Vouvray demi-sec, léger, ou pour un Pinot noir (Sancerre rouge) fruité.

 

Je suis ressortie de cette dégustation convaincue que le fromage fouetté avait bel et bien sa place dans un plateau de fromage, pour le côté sérieux de la chose, mais que son plus bel endroit demeurait encore et toujours en libre-service dans le réfrigérateur en grignotage régressif sur une bonne baguette de pain.:)

Merci beaucoup à Paysan Breton pour cette délicieuse découverte !

Crédit photo: ©Virginie Fouquet

Crédit photo: ©Virginie Fouquet

Voir les commentaires

Petits Crimes Conjugaux au Théâtre Rive Gauche

15 Octobre 2016, 18:00pm

Publié par Claire

On retrouve notre cher Théâtre Rive Gauche pour une autre pièce d'Eric-Emmanuel Schmitt, dans un tout autre registre que Le Chien, qui nous fait rentrer dans les secrets et non-dits d'un couple. Gilles, auteur de romans policiers, est victime d'un accident dont on ne cerne pas tout de suite clairement l'origine. Amnésique, il revient chez lui et retrouve sa femme, Lisa, qu'il vouvoie d'abord car elle lui semble étrangère. Tout l'appartement est resté en l'état, et Gilles observe comme dans un musée les traces de son ancienne vie... enfin telle que Lisa choisit de lui présenter, car on se rend vite compte d'une certaine gêne trahissant des mensonges : un vieux fauteuil de cuir usé, des romans par centaines, des tableaux, le bureau de bois verni, et puis ces fameuses théories que Gilles avaient sur la vie. Et ces théories, assez cyniques et sombres, on les retrouve dans un des livres de Gilles, une sorte d'essai sur la vie des couples : Petits Crimes Conjugaux, un livre que déteste absolument Lisa, peut-être parce qu'il est trop le reflet de leur propre couple. Les deux personnages mentent, déconstruisent, se disputent... Fanny Cottençon et Sam Karmann montrent bien cette fragilité du couple, alternant colère, désarroi et parfois humour...
 

Petits Crimes Conjugaux au Théâtre Rive Gauche
Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

Crédit photo: Fabienne Rappeneau

A titre personnel, bien qu'adorant lire (et surtout écouter) les textes d'Eric-Emmanuel Schmitt, je dois bien avouer que ce n'est pas mon texte préféré, car je l'ai trouvé très sombre et cynique, ne reconnaissant pas toujours l'enchantement et la positivité des nouvelles et romans de l'auteur (même s'il précise dans sa note de présentation que c'est finalement une vision positive de l'amour sur le long terme: "Il existe des milliers de pièces sur l’amour qui commence, des centaines sur l’amour qui finit, mais fort peu sur l’amour qui dure. Il semblerait que le théâtre n’accepte les amants que débutants ou retraités. Les rares exceptions n’incitent guère à l’optimisme car lorsque Feydeau, Strindberg ou Ionesco nous dessinent des conjugalités à long terme, s’il y a toujours couple, il n’y a plus d’amour. Or, par expérience personnelle, il m’est apparu que le couple stable se révèle le voyage le plus risqué, le plus dangereux qu’on puisse faire en amour. [...] La crise qui occupe la nuit de Petits Crimes Conjugaux montre le rôle bénéfique de l’échange. À travers des paroles, des ruses, voire des coups, les deux protagonistes recommencent à prendre soin d’eux. Déjà que toute chose se dégrade naturellement, quelle accélération dans la dégringolade lorsque s’y ajoute la négligence… Aussi cruelle soit-elle, ma pièce affirme un réel optimisme : l’amour peut durer. Mais pour que l’amour dure, il faut que les amants le veuillent.  [...] En achevant Petits Crimes Conjugaux, j’ai eu l’impression d’entrevoir une réponse : et si l’amour commençait une fois qu’on n’est plus amoureux ?")

En revanche, au-delà du message délivré auquel je n'ai pas entièrement adhéré, j'ai beaucoup aimé le jeu des acteurs, visiblement complices, dans un décor très travaillé, permettant littéralement de se projeter dans l'appartement de ce couple, à la manière de Gilles y redécouvrant des détails... La mise en scène est très dynamique et cela reste un plaisir de découvrir cette pièce !

Petits Crimes Conjugaux au Théâtre Rive Gauche

Petits Crimes Conjugaux, au Théâtre Rive Gauche 


Avec Fanny Cottençon et Sam Karmann
Mise en scène de Jean-Luc Moreau


Pour voir la bande-annonce, c'est ici


Depuis le 29 septembre 2016
Du mardi au samedi à 21h
Matinée le dimanche à 15h
De 27€ à 45€

Merci au Théâtre Rive Gauche pour les invitations :)

Voir les commentaires

Le Chien au Théâtre Rive Gauche: une pièce bouleversante

14 Octobre 2016, 19:32pm

Publié par Claire


Hier soir, je me suis rendue avec beaucoup de plaisir au Théâtre Rive Gauche, dans un de mes quartiers préférés à Paris... Et pour assister à une pièce d'un de mes auteurs préférés également, Eric-Emmanuel Schmitt dont j'aime toujours la justesse des mots, et ce savoureux mélange entre tristesse, mélancolie et petites pointes d'humour savamment distillées. Rappelez-vous : j'avais déjà adoré Oscar et la Dame Rose l'an dernier... Cette année, c'est à nouveau un gros coup de cœur pour Le Chien, une pièce qui s'est déjà beaucoup fait remarquer au festival Off d'Avignon cet été. 

Le Chien au Théâtre Rive Gauche: une pièce bouleversante

L'affiche m'a tout de suite intriguée, avec ce chien coloré qui vous fixe, cachant un arrière-plan beaucoup plus triste et grisé – on comprend pourquoi à la fin de la pièce. Et ce chien, on en parle beaucoup dans la pièce, car il est au centre d'un grand mystère. Pourquoi Samuel Heymann, médecin retraité, a-t-il choisi de se suicider à la mort de son dernier chien, écrasé par un camion ? Pourquoi a-t-il toujours eu des chiens de la même espèce (Beauceron), les appelant inéluctablement Argos ? Bien sûr, je ne vous en dirai pas plus... Mais je vais vous citer une phrase qui résume bien la pièce : « Si les hommes ont la naïveté de croire en Dieu, les chiens ont la naïveté de croire en l'homme. » Moi-même, n'ayant volontairement rien lu avant de venir, j'étais intriguée et j'ai vite été étonnée de la tristesse et de la gravité du sujet. J'ai tellement aimé ce texte déclamé avec beaucoup de justesse que j'ai vraiment envie de relire cette nouvelle publiée chez Albin Michel depuis le début de ce mois d'octobre.
 

Source: Le Théâtre Rive Gauche

Source: Le Théâtre Rive Gauche

Le décor est dénudé, tenant en deux caissons blancs. Mais c'est une très belle idée: on se concentre alors sur les mots, on rentre dans la confidence, dans ce fameux secret qui se révèle à travers le fantôme de Samuel Heymann (Patrice Dehent), et de son ami écrivain (Mathieu Barbier). Quand l'un parle, l'autre reste figé, une statue attentive. Comme nous, spectateurs, figés face à cette histoire déroutante et émouvante. Le binôme fonctionne parfaitement, le texte est remarquablement déclamé et articulé. Un grand moment de théâtre ! Et comme l'a si bien dit mon voisin : « Deux comédiens, un texte, ça suffit, ça fait tout. »

Source: Le Théâtre Rive Gauche

Source: Le Théâtre Rive Gauche

Source: Le Théâtre Rive Gauche

Source: Le Théâtre Rive Gauche

Le Chien, au Théâtre Rive Gauche depuis le 1er octobre 2016


Avec Mathieu Barbier et Patrice Dehent


Mise en scène de Marie-Françoise et Jean-Claude Broche


Pour voir la bande-annonce du spectacle, c'est ici , et l'interview d'Eric-Emmanuel Schmitt à propos de la pièce dans l'émission Le Grand Soir, c'est .


Le lundi à 20h, le jeudi à 19h, le vendredi à 19h, le samedi à 15h et 19h, le dimanche à 17h et 19h


Tarif unique : 19€

Merci au Théatre Rive Gauche pour les invitations :)

Voir les commentaires

Timéo, une circomédie musicale engagée

13 Octobre 2016, 19:54pm

Publié par Claire

Il y a quelques semaines, je me suis rendue au Casino de Paris pour assister à une représentation de Timéo, une "circomédie" mise en scène par Alex Goude. Oui, une "circomédie", un terme bien trouvé puisque cet littéralement au coeur d'une répétition de cirque que nous nous trouvons plongés avec cette comédie musicale, grâce à un jeu astucieux d'écrans disposés en plusieurs couches, donnant un réel effet de profondeur. Dès l'ouverture du rideau, ce dispositif est assez impressionnant; on se retrouve dans une chambre d'enfant, en relief, avant de vite retrouver l'univers coloré du cirque.

Timéo, une circomédie musicale engagée

L'histoire est malheureusement assez inédite dans le monde de la comédie musicale: le héros, un jeune enfant, Timéo, rêve de faire du cirque pour s'évader de la réalité du fauteuil roulant. Grâce à la douce et gracieuse Lilou dont il finira par tomber amoureux, il parvient à s'immiscer sous le chapiteau, mais il y a un souci: il manque Melody Swann, le clou du spectacle! Mais où est-elle passée? 

C'est autour de cette recherche que vont s'articuler les autres numéros (jonglage, BMX, trapèze, dompteur... les classiques du cirque!). Petit à petit, Timéo semble faire partie de la troupe malgré ses ennuis avec une bande d'adolescents qui le harcèlent, avant bien sûr de devenir des amis. Le voilà intégré à un numéro de trapèze, le moment le plus émouvant du spectacle car les paroles de la chanson sont pertinentes, sans tomber dans le misérabilisme.
 

Timéo, une circomédie musicale engagée

Les chanteurs se retrouvent ainsi acrobates, ce qui est assez impressionnant. Il est juste dommage que des problèmes de sons, surtout dans la première partie, ne nous permettent pas pleinement de profiter des voix - peut-être que ces soucis ont été réglés depuis. En fait la musique, sous forme de bande-son est parfois trop forte et couvre réellement les voix; il est parfois très difficile de distinguer les paroles. On entendait en revanche très bien la voix du dresseur, James Noah, qui avait assez de puissance pour y faire face (j'ai adoré sa chanson, impressionnante). Malgré cela, l'énergie et le plaisir de jouer des chanteurs, que l'on ressent bien, parviennent à faire oublier ces soucis de son et les enfants présents dans la salle étaient eux ravis, ne prêtant pas attention à ce détail.

En tout cas, les costumes sont colorés et font rêver, et grâce au décor un peu magique et aux accessoires présents sur scène, on se croirait vraiment assis dans un cirque. De très loin, mes personnages préférés sont les deux clowns, qui apportent une vraie légèreté et beaucoup de dynamisme au spectacle. Ils se démènent visiblement pour ce rôle et j'ai beaucoup ri lors de leurs interventions!

Timéo est donc un spectacle à voir en quittant son monde d'adultes, pour se laisser emporter par sa magie. C'est, je pense, un spectacle qui plaît avant tout aux enfants, à voir en famille...

Timéo, une circomédie musicale engagée

Timéo, une circomédie mise en scène par Alex Goude

Au Casino de Paris jusqu'au 08.01.2017

Merci à eux pour les invitations :)

Voir les commentaires

A Beautiful Planet à la Géode: un moment extraordinaire

12 Octobre 2016, 18:20pm

Publié par Claire

Hier soir avait lieu à la Géode la première du film A Beautiful Planet, sur le fameux écran géant utilisant la technologie Imax bien sûr. Pour l'occasion, de nombreuses personnalités étaient réunies: les spationautes français Claudie Haigneré et Jean-François Clervoy, le directeur général Imax Richard Gelfond, Bruno Maquart, président d'Universcience et Ségolène Royal. Autant vous dire que j'étais impatiente d'assister à cette soirée, car je suis une grande passionnée d'astronomie. C'est si impressionnant de se dire que l'on a face à soi des personnes  qui sont allées dans l'espace! Mais chut! Tout d'abord, la projection commence...

A Beautiful Planet à la Géode: un moment extraordinaire
A Beautiful Planet à la Géode: un moment extraordinaire

Et alors là, je dois dire que j'en ai encore des frissons. J'étais comme une enfant, totalement fascinée face à tant de beauté. Nous voilà à bord de l'ISS, la station spatiale internationale (International Space Station): en permanence, des astronautes du monde entier s'y côtoient pour y réaliser des recherches scientifiques. On assiste donc à la vie quotidienne à bord de cette station en orbite autour de la Terre (au début, j'avais le tournis!), on comprend les expériences qui sont menées et surtout, on voit des images de la Terre à couper le souffle. Le film regorge d'anecdotes: on voit comment Noël est fêté avec les moyens du bord, on assiste au premier essai d'une machine qui permet de se faire un espresso dans l'espace, on aperçoit l'équipage se couper les cheveux ou bien faire du sport  - il faut en faire 2h30 par jour, car le corps ne lutte plus contre la gravité et les muscles deviendraient trop "mous". Mais on prend peur aussi quand les astronautes réalisent des sorties dans l'espace, munis de leur scaphandre et reliés d'un simple cordon à la station. J'en avais des sueurs froides et j'en tremblais tellement les images sont réalistes.

Mais par-dessus tout, j'ai adoré les messages délivrés par ce film et par les astronautes, messages pour la paix et la protection de l'environnement. Les images de la Terre vue du haut sont magnifiques mais aussi inquiétantes, on voit ainsi la forêt amazonienne occuper de moins en moins de terrain, ou encore on aperçoit des glaciers fondre. De même, la Terre vue de nuit est fascinante, mais parfois triste: on voit très nettement se dessiner la frontière entre l'Inde et le Pakistan, ou encore, une réelle différence de luminosité entre la Corée du Nord et la Corée du Sud (au nord, on ne voit pratiquement pas de lumière). A la fin de la projection, très émue par le caractère exceptionnel des images, j'avais envie de revoir le film, tout de suite. Alors c'est certain que je vais y retourner, ce n'est pas tous les jous que l'on a vraiment l'impression de se trouver à bord d'une station spatiale!

 

Voici également l'avis de M. Claire qui m'accompagnait, lui aussi impressionné :) :

 

"Des images époustouflantes qui nous permettent, à défaut de pouvoir connaître les sensations d'un vol en apesanteur, de nous glisser au plus près de la vie de ces spationautes, et de la vue qu'offre l'ISS sur la Terre.
En découvrant ainsi notre planète depuis l'espace, comment ne pas être ému et empli d'une profonde humilité ?

J'ai admiré, et j'ai adoré !"

A Beautiful Planet à la Géode: un moment extraordinaire
Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Crédit photo: "A Beautiful Planet"

Après la projection, un autre moment très émouvant nous attendait: Claudie Haigneré et Jean-François Clervoy répondaient à nos questions. Etant petite, je suivais leurs aventures dans l'espace à la télévision, c'est peu vous dire que j'étais impressionnée. Nous avons également eu un clin d'oeil virtuel de leur collègue et ami Thomas Pesquet, qui s'entraîne depuis 7 ans pour lui aussi rejoindre l'ISS: départ le 15 novembre!

Les deux spationautes ont été absolument passionnants, d'autant plus qu'il y avait beaucoup de questions d'enfants invités pour l'occasion. On a ainsi appris que regarder la Terre par le hublot était une émotion très intense, que la vie à bord de l'ISS était exemplaire au niveau écologique (quasiment tout est recyclé: même l'eau de l'urine!), que les profils recrutés étaient très variés. Jean-François Clervoy a été à la fois drôle et émouvant quand un enfant lui a demandé comment on se sentait dans une fusée au décollage. Eh bien il l'a pris sur ses genoux, lui a mis la tête vers le haut, a bougé et expliqué le minutage, quelle belle démonstration! Les anecdotes ont encore une fois été nombreuses, et c'est définitivement la tête dans les étoiles que l'on est repartis de cette soirée pas comme les autres...

"A Beautiful Planet", à la Géode depuis le 12 octobre 2016

Un film de Toni Myers

Bande-annonce ici

Durée: 47 minutes

Séances à 11h30, 14h30, 18h30 et 20h30

(Séance de 20h30 pendant les vacances scolaires; il y a certains lundis de fermeture, à consulter)

Plein tarif: 12€ - Tarif réduit: 9€

 

La Géode

26 avenue Corentin Cariou, 75019 Paris



Merci à la Géode pour les invitations à cette soirée extraordinaire :)

Voir les commentaires

Mariage et Châtiment au Théâtre Hébertot

9 Octobre 2016, 19:48pm

Publié par Claire

Il y a quelques jours j'ai repris avec bonheur le chemin des théâtres et l'actualité est très chargée... Commençons par une réjouissante comédie, Mariage et Châtiment, au Théâtre Hébertot que j'affectionne particulièrement car on s'y sent bien en tant que spectateur.

Mariage et Châtiment au Théâtre Hébertot

L'intrigue est assez classique, typique du théâtre de boulevard: Edouard (Daniel Russo) est contraint, dans la panique, de crier un grand, un énorme mensonge... bien évidemment, je ne vous dirai pas lequel. Plus il essaie de se rattraper ensuite, plus les mensonges se multiplient et la situation vire à la catastrophe, entre sa stagiaire (Zoé Nonn), sa femme Marianne (Delphine Rich), son meilleur ami (Laurent Gamelon) et sa fiancée (Fannie Outeiro), personnage que j'ai d'ailleurs préféré car la comédienne est hilarante dans ce rôle de présentatrice météo quelque peu écervelée, elle me faisait rire à chacune de ses apparitions! Même si bien sûr le duo formé entre Daniel Russo et Laurent Gamelon fonctionne parfaitement et que l'on sent bien que ce sont des amis aussi dans la vie.

J'ai beaucoup aimé l'évidente complicité entre les acteurs, ils ont tous un réel plaisir à jouer et cela se ressent dans le public. Le décor est également très travaillé, je l'ai trouvé impressionnant, on a réellement l'impression d'être assis dans un canapé de l'appartement d'Edouard et Marianne. La mise en scène est dynamique, pleine de trouvailles... Ce que j'ai le moins aimé est la longueur de la pièce (cela est dû à l'écriture et non à la mise en scène). L'accumulation des mensonges à la fin est moins crédible et peut-être en trop, je pense (à mon très humble avis) que la pièce aurait pu finir avant même si elle n'en reste pas moins très vivante et vaut absolument le déplacement!

 

MARIAGE & CHÂTIMENT

Depuis le 1er SEPTEMBRE 2016 au Théâtre Hébertot (78 bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris)

SEANCES :
Soirées : du MARDI au SAMEDI à 21h
Matinées : DIMANCHE 15h

Tarifs :
1ère catégorie : 53 € 
2ème catégorie : 43 € 
3ème catégorie : 29 €
4ème catégorie : 17 €

REDUCTION POUR LES JEUNES (- 26 ans) :
- 10 € en 1ère ou 2ème catégorie le mardi, mercredi ou jeudi selon places disponibles
- Billets sans réservation à prendre 1h avant le spectacle avec présentation obligatoire du justificatif "- de 26 ans".

 

Pour voir un extrait de la pièce et vous en faire une petite idée, c'est par ici ...

 

Merci au Théâtre Hébertot pour les invitations :)

 

Voir les commentaires

Rio pour les JO: épisode 5!

27 Septembre 2016, 18:17pm

Publié par Claire

Hélas oui, on arrive à la fin de nos aventures à Rio... "Hélas", c'est bien ce que j'ai pensé au moment du départ, avec le sentiment de ne pas avoir tout découvert de Rio! Qui sait, un jour, peut-être y retournera-t-on?

En attendant, vous pouvez (re)lire les épisodes précédents:

- Episode 1

- Episode 2

- Episode 3

- Episode 4

 

Une journée de tourisme... loin des stades!

 

Eh oui, ce jour-là était consacré à la découverte de Rio. Un grand moment avec notre guide Marta, et, on en a bien conscience, des conditions privilégiées avec notre van privé qui nous a permis de nous déplacer tout au long de la journée et de voir beaucoup de quartiers.

A la découverte du Corcovado

 

Nous nous sommes levés très tôt pour pouvoir nous rendre au Corcovado et voir son fameux Cristo Redentor. Alors si sur les cartes postales et photos touristiques de Rio, on le voit partout, il faut savoir qu'en réalité, vu du bas, il paraît tout petit et que l'on ne le voit pas de tout Rio! Nous voilà donc arrivés au coeur du Parc National de la forêt de Tijuca, magnifique! Là-haut (oui oui, nous sommes à 710 mètres d'attitude), tout est remarquablement organisé et nous emprutons une petite navette, et ensuite, place aux escaliers, on est aux JO quand même, on boude donc l'ascenseur!

Eh bien... ll y a déjà beaucoup, beaucoup de monde alors qu'il n'est que 9h, c'est dire! Nous retrouvons par hasard là-haut des joueurs de l'équipe de waterpolo, et beaucoup de Français. Assurément, le coin touristique de Rio! Avec beaucoup de soldats présents et un hélicoptère qui rôde en permanence. Malgré le monde, très clairement, la vue est à couper le souffle et vaut le déplacement. Un vrai rêve! En redescendant, je trouve enfin des cartes postales, très originales, après en avoir cherché partout en vain. Mais je n'étais pas au bout de mes peines, car vous le verrez plus tard, il n'a pas été si évident d'obtenir des timbres...

Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Une favela aperçue en redescendant du Parc National

Une favela aperçue en redescendant du Parc National

 

Visite de San Teresa

 

Puis nous arrivons à San Teresa, de loin le lieu que j'ai préféré et qui m'a vraiment marquée par ses couleurs et la variété de ses habitations. Ce quartier est très cosmopolite, mêlant maisons d'architecture française et habitats plutôt bohèmes. Nous nous arrêtons d'abord au Cafecito, un endroit extraordinaire regorgeant d'oeuvres d'art et de jolies trouvailles. Et nous y dégustons de délicieux jus de fruits frais, avec des glaçons, même pas peur (bon, notre guide nous a quand même expliqué avant que l'eau était filtrée). Puis nous marchons beaucoup, croisons un tramway très coloré dont le conducteur rabat les sièges en bois pour repartir dans l'autre sens... Seul petit bémol: le fameux escalier Seladon, absolument noir de monde! Je retiendrai de ce quartier une atmosphère d'effervescence et de joie de vivre, et j'ai encore envie de m'y perdre...

Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Une pâte de fruits à la banane absolument divine, découverte dans une minuscule épicerie qui vendait des bonbons dans des paniers, des confitures, des tee-shirts, des tongs... J'ai regretté de ne pas en avoir pris plus!

Une pâte de fruits à la banane absolument divine, découverte dans une minuscule épicerie qui vendait des bonbons dans des paniers, des confitures, des tee-shirts, des tongs... J'ai regretté de ne pas en avoir pris plus!

Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!

Visite du centre de Rio (Centro)

 

Puis nous avons repris le van vers le centre-ville de Rio. Clairement, malgré les stands des marchands ambulants, très colorés et proposant plein de "nouveautés" alimentaires qui m'ont de suite attiréee (...), j'ai beaucoup moins aimé ce quartier très occidentalisé et noir de monde. Bien pratique pour le quotidien bien sûr, mais je me suis sentie tellement moins dépaysée, et même perdue dans cette foule! Et quelle tristesse d'y voir la très grande pauvreté à chaque coin de rue, un réel contraste. Je me suis arrêtée chez un marchand ambulant pour siroter ma première noix de coco de la journée, un repos sous cette chaleur. Nous avons ensuite très bien mangé dans un restaurant de grillades (churrasqueira). Les quantités étaient astronomiques et nous avons siroté une limonade au sens propre du terme, des citrons centrifugés. Après ce repas très copieux, nous avons marché jusqu'à la Poste... où il a été très compliqué de dénicher des timbres pour la France, il n'y avait pas de distributeurs et Marta faisait la traduction pour nous, après avoir attendu dans une vraie salle d'attente, avec des sièges! Je n'ai pas de photos de ce quartier à vous montrer, car la guide nous a recommandé de laisser nos téléphones dans nos sac.

Rio pour les JO: épisode 5!

Après ce repas bien copieux, nous somme allés à pied dans un quartier en plein changement, celui du "Port Merveilleux" (Porto Maravilha). Mais nous ne sommes pas allés jusqu'au bout car il y avait une foule très compacte, l'équivalent d'une immense "fan-zone" pour les JO ayant été installée. On a quand même eu l'occasion de siroter à nouveau une noix de coco, très bienvenue...

 

Malheureusement, il était déjà temps de repartir à l'aéroport, le coeur serré, évidemment, mais tous les deux éblouis par cette formidable aventure, avec l'envie de retourner visiter Santa Teresa et le sentiment d'avoir encore plein de trésors à découvrir. On a eu la chance de vivre de très près l'aventure des JO et de découvrir l'immense générosité des Brésiliens, si optimistes. Alors un grand merci, encore, à BMW Sport Experience et à la Fédération Française de Golf pour ce voyage extraordinaire...

Rio pour les JO: épisode 5!
L'aéroport, tout neuf, comporte une boutique absolument immense et très agréable! Nous avons ramené ces chocolats au beurre de cacahuète, à la noix de coco, à la cannelle et à la banane. Ils sont si bons que l'on a regretté de ne pas en avoir acheté plus. J'ai craqué sur la mascotte des JO grand format, en promotion! Un super oreiller dans l'avion...

L'aéroport, tout neuf, comporte une boutique absolument immense et très agréable! Nous avons ramené ces chocolats au beurre de cacahuète, à la noix de coco, à la cannelle et à la banane. Ils sont si bons que l'on a regretté de ne pas en avoir acheté plus. J'ai craqué sur la mascotte des JO grand format, en promotion! Un super oreiller dans l'avion...

Rio pour les JO: épisode 5!
Rio pour les JO: épisode 5!

Voir les commentaires

Rio pour les JO: épisode 4!

25 Septembre 2016, 18:58pm

Publié par Claire

Suite de nos aventures à Rio... Pour le mardi 16 août cette fois-ci!

Pour relire les précédents épisodes, voici les liens:

-Episode 1

-Episode 2

-Episode 3

Place au water-polo!

Une fois n'est pas coutume, ce jour-là, après une nuit quasi-blanche (souvenez-vous, nous sommes revenus tard de l'athlétisme), le réveil fut rude... Mais le petit-déjeuner royal nous a vite réveillés!

 

 

Un exemple de petit déjeuner à l'hôtel Barra... Avec les délicieuses bananes plantain!

Un exemple de petit déjeuner à l'hôtel Barra... Avec les délicieuses bananes plantain!

C'est que la journée allait être très occupée... Sur notre planning, il était écrit "Journée libre", mais pour vivre vraiment jusqu'au bout le rêve olympique, nous avons pris des billets pour les quarts de finale du water-polo pour faire plaisir à M. Claire, avec l'espoir secret de voir jouer les Français, mais malheureusement, ils ne se sont pas qualifiés même s'ils ont gagné contre les Croates, une équipe traditionnellement forte. Pas grave, cela nous a au moins permis de rencontrer les joueurs au Club France!

Mais aujourd'hui, pas de guide, nous devons nous débrouiller! Donc prendre le BRT, le bus-tramway, seuls... En nous rendant à pied à la station, nous voyons plein de noix de coco ainsi que de magnifiques orchidées qui poussent directement sur les arbres, une jolie surprise du matin.

Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!

Nous arrivons une nouvelle fois très tôt sur le site olympique, les bénévoles sont toujours de charmante humeur. L'occasion de se promener et de découvrir que tout est prévu! Une infirmerie, une pharmacie, des toilettes très nombreuses, un mini-supermarché... Et un arrêt pour boire un délicieux café, tout de même, nous sommes au Brésil! Et puis on fait un tour au Mégastore des JO. C'est très bien organisé, avec une queue rapide... Mais c'est un peu la déception. Les articles sont tout de même chers, et pour le coup, mêm pas fabriqués au Brésil (vu le prix, on aurait pu imaginer, un grand écart avec le niveau de vie des habitants!). Par contre, ils sont beaucoup plus colorés qu'à Londres, on y retrouve vraiment l'âme de Rio, alors je craque quand même. Mais je ramène moins de souvenirs que prévu pour mes proches, notamment parce que les tee-shirts sont très chers et pas de bonne qualité. Mais enfin, si on oublie les prix, c'était déjà quand même beaucoup mieux qu'à Londres! J'ai tout de même ramené des stylos, un foulard très coloré, un tee-shirt, une mini-mascotte et un CD de Samba spécialement édité pour les JO et qui tourne depuis en boucle dans la voiture, souvenir de ce voyage extraordinaire.

Rio pour les JO: épisode 4!
Les mascottes des JO en Lego (environ 35€ )

Les mascottes des JO en Lego (environ 35€ )

Puis il est temps de retrouver le water-polo, là où ont eu lieu les finales de natation quelques jours auparavant. L'ambiance est très sympathique, beaucoup de passionnés sont là, et nous avons le droit à une démonstration de samba avec un chanteur, une mascotte relookée avec un bonnet de poloïste pour l'occasion et des danseuses avec des costumes étincelants. Un accueil vraiment inoubliable! Nous sommes très près du bassin, c'est impressionnant! Face à nous, les tribunes presse sont quasiment vides. Place aux matchs de la matinée: Hongrie-Monténégro, un match magnifique, puis Serbie-Espagne, un peu plus "ennuyant". Puis il est temps de déjeuner et de revenir... cette fois-ci, les tribunes sont très, très remplies, et pour cause, les Brésiliens jouent! L'ambiance est survoltée pour le match Brésil-Croatie, un petit enfant se met même à courir dans le public pour lancer une Ola et j'ai encore en tête le chant "Ohhhh -oh oh ohhhhh - oh oh ohhhhhh - Brasil!" scandé par le public. Et puis quelle émotion pendant l'hymne brésilien, chanté avec beaucoup de coeur par le public, une musique d'ailleurs magnifique et rythmée. J'étais au bord des larmes, très émue. Bon, malheureusement, pendant le match, lorsque les Croates possédaient la balle, on ne pouvait pas ignorer les sifflets. L'un des arbitres était français, Benjamin Mercier, et j'admire son courage pour avoir gardé son sang-froid malgré toute cette agitation! La suite a été beaucoup plus calme avec le match Italie-Grèce. Un grand moment en tout cas, en espérant voir la France en quart de finale à Tokyo! Puis il était temps de manger après toutes ces émotions... Un cheeseburger qui nous a paru délicieux, alors que le soleil se couchait sur le site olympique et que les infrastructures s'illuminaient joliment.

Ma petite mascotte Vinicius prête pour le match. J'apprendrai plus tard par notre guide que son nom vient du compositeur brésilien Vinicius de Moraes, la musique est décidément omniprésente au Brésil!

Ma petite mascotte Vinicius prête pour le match. J'apprendrai plus tard par notre guide que son nom vient du compositeur brésilien Vinicius de Moraes, la musique est décidément omniprésente au Brésil!

Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!
Rio pour les JO: épisode 4!

Puis il était temps de rentrer à l'hôtel, sans nostalgie en quittant le site olympique. L'occasion de passer devant des studios de télévision et puis... Surprise! Depuis la passerelle menant à la station du BRT, on aperçoit l'entraînement de natation synchronisée, derrière un grillage! On reste un moment à regarder, c'est très impressionnant. Ce sont alors les chinoises qui s'entraînent. 

Aperçu de l'entraînement de natation synchronisée, depuis l'extérieur. La petite surprise en rentrant!

Aperçu de l'entraînement de natation synchronisée, depuis l'extérieur. La petite surprise en rentrant!

Ayant appris des déboires de la veille, nous choisissons de rentrer en taxi, ce qui nous coûte très peu cher pour une course d'une quarantaine de minutes. Arrivés à l'hôtel, on se dit que l'on va se reposer mais... surprise! L'électricité ne marche plus dans la chambre. Ou disons pas tout à fait... Ou comment avoir une ambiance boîte de nuit dans la chambre avec toutes les lumières qui clignotent! Les travaux sont longs, il faut enlever tout le faux-plafond. Nous attendons en bas et goûtons enfin notre première Caïpirinha en attendant... un délice. Le serveur, adorable, change de chaîne pour que nous puissions suivre l'athlétisme. En remontant, on sait que l'on doit dormir, pourtant, la télévision est allumée pour voir la finale du 110 m haies dont on a vu les qualifications, et nous sommes heureux de savoir que Dimitri Bascou a obtenu une médaille de bronze avant de nous endormir, car vous allez le voir dans l'épisode 5, la dernière journée, plus "touristique", a été très riche en découvertes et intense!

Voir les commentaires

Rio pour les JO: épisode 3!

16 Septembre 2016, 18:59pm

Publié par Claire

Suite de nos aventures à Rio...

Pour (re)lire l'épisode 1 et comprendre l'origine de ce voyage très spécial, c'est ici

Et pour lire l'épisode 2, c'est !

 

Lundi 15 août: place au handball!

 

Ce lundi 15 août était férié en France... mais bien occupé pour nous! Nous arrivons très tôt sur le site olympique principal, après avoir testé pour la première fois un service de navette construit pour la Coupe du Monde, le BRT, notre van habituel ne disposant pas des droits pour s'approcher des sites. L'occasion d'inaugurer notre Rio Card, une carte de transport très colorée donnant accès à tous les transports en commun, pour nous pendant 3 jours. Lorsque nous arrivons, le site est encore vide et paraît donc gigantesque. Tout est bien organisé et les bénévoles sont extrêmement souriants (une volontaire se met même à me chanter une chanson, un autre crie "Bonjour France!"), le passage de la sécurité se fait assez rapidement. Nous avons environ une heure trente devant nous avant d'aller voir les premiers matchs de handball. Comme il fait très, très chaud (une chaleur humide, nous n'avons pas l'habitude), nous faisons des provisions de bouteilles d'eau... avec bouchons (pour comprendre pourquoi, voir l'épisode 1!).

 

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Puis il est temps de rejoindre la Future Arena (Arena do Futuro) pour le handball... Et ô jolie surprise, en attendant le match, des animations nous attendent! Des acrobates-danseurs font un numéro très réussi avec les drapeaux des pays qui vont jouer ce matin (la Pologne, la Slovénie, l'Allemagne et l'Egypte). J'aime beaucoup l'intérieur de l'Arena: on voit bien mieux le terrain qu'à Londres (comme il était rose et bleu, parfois, cela fatiguait l'oeil) et les sièges sont très colorés. Par contre, en parlant des sièges, il n'y a pas de "placeurs": donc c'est un peu... n'importe quoi, et les spectateurs arrivant progressivement, au cours de la matinée, il y a plein de mouvements dans le public quand les personnes reprennent leur vraie place. Un joli moment en tout cas, nous avons vraiment vu de belles actions, en attendant LE match que nous souhaitions voir l'après-midi, France-Danemark, oui oui, comme la finale!

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Mais en attendant, il faut ressortir et... c'est littéralement une fournaise dehors! Seul petit bémol du site olympique, comme il n'y a presque pas de végétation, l'ombre se fait extrêmement rare et devient un vrai luxe. Il fait si chaud qu'à part une glace au citron, nous décidons de ne pas manger. 

 

France-Danemark, un magnifique match

 

Et enfin, il est tems de retrouver la Future Arena pour le match que nous attendions avec beaucoup d'impatience (ce sont des billets que l'on a achetés en plus, en se disant que c'était vraiment dommage de rater ce moment). Eh bien à ma grande surprise, il y a beaucoup de Français dans la salle! De manière générale, nous en avons quand même rencontré un certain nombre sur le site olympique. Il y a beaucoup d'ambiance, on crie, on a peur pour les handballeurs... Et surtout, on admire et encourage le gardien "Titi" qui a été extraordinaire ce jour-là. Et, contrairement à la finale, nous avons gagné face au Danemark, c'est donc le sourire aux lèvres que nous retrouvons notre guide Marta... direction le stade d'athlétisme; et dehors, encore une surprise, le soleil s'est transformé en gigantesque brouillard. Le début d'une drôle d'aventure au coeur des transports brésiliens!

 

Petit problème: comment se rendre au stade d'athlétisme?

 

Eh oui, cela avait l'air simple dans le planning: prendre le BRT jusqu'à Madureira (ou bien Central do Brasil) et reprendre l'équivalent d'un RER... Oui mais... Le BRT, en heure de pointe, est alors emprunté à la fois par les spectateurs des JO et par les travailleurs qui reviennent chez eux. Les quais sont noirs de monde, une dizaine de "bus-tramways" sont passés, tous bondés, impossible de monter dedans, si bien que certains s'étaient même mis derrière les portes palières pour passer avant. A côté de cela, le RER A ou la ligne 13, c'est une rigolade (oui oui!). Donc du coup, plan B: nous allons prendre un taxi jusqu'à Madureira, pour reprendre ce fameux train que j'appelle RER. ;) Petit problème: nous ne rentrons pas tous dans un seul taxi! Alors avec M. Claire et nos amis golfeurs, nous montons dans un premier taxi, notre guide Marta lui ayant expliqué notre destination en portugais. Pourvu qu'il ait bien compris! Nous tentons de communiquer, il nous montre l'appli Google Traduction sur son téléphone et nous dialoguons ensemble grâce à ce logiciel miracle, même si parfois il y a des bizarreries de traduction.

Ouf, nous voilà arrivés à Madureira après un trajet... disons agité (nous avons eu plusieurs fois très peur après des insertions "sauvages", mais le chauffeur a aussi manqué renverser plusieurs piétons en arrivant à toute allure à la gare), par chance, on a vite un train et nous arrivons au Stade, j'étais heureuse, moi qui étais si déçue d'arriver en retard, on est arrivés à temps, accueillis par le rythme de la samba dès la gare. Arrivés au stade, ce sont des percussions qui nous accueillent, ainsi que des danseurs revêtus de costumes étincelants, pleins de pailletes. Comme nous commencions à avoir faim avec toutes ces aventures, je décide d'acheter des pop-corns. Je suis un peu dépitée: ils sont natures! Mais alors un spectateur brésilien, tout sourire, me sort un paquet de sel de sa poche et me propose de les saler, un geste très touchant! Puis nous montons, montons... C'est très abrupt, les tribunes sont très hautes par rapport à la piste d'athlétisme, il n'y a pas de réelle "proximité".

 

Et nous voilà installés face au saut à la perche, une place idéale pour la finale! En attendant, nous assistons à la remise des médailles du 100m, avec Usain Bolt en personne; malheureusement, il est de l'autre côté de la piste et pour être honnête, on ne le voyait pas très bien. Puis il se met à pleuvoir, et les organisateurs diffusent non sans humour "Singin' in the rain" avec en image une grenouille qui danse la samba sur la piste d'athlétisme.

 

 

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Nous assistons à plusieurs séries (l'occasion de voir Dimitri Bascou au 110m haies, qui aura quelques jours plus tard une médaille de bronze!) après la fin de la pluie, et enfin au saut à la perche que j'attendais tant! Mais disons qu'il y a eu quelques retards... Apparemment, les volontaires avaient le plus grand mal à faire tenir la perche correctement. Même du public, on voyait bien qu'elle était de travers! On pense que le problème est réglé, un athlète s'élance, un volontaire traverse devant lui pendant ce temps-là... Alors il faut recommencer, et la perche tombe à nouveau toute seule... Je commence à angoisser: oh non, ce serait trop bête, si cela continue, le concours va être reporté! Et je pense aux athlètes, comment gérer ces contretemps? Mais ça y est, enfin, le concours est lancé. Comme il y a des places vides, on finit par descendre pour encourager Renaud Lavillenie. Au passage, je croise des Jamaïcains qui me demandent s'ils peuvent faire une photo avec mon drapeau français. L'occasion de discuter, de faire connaissance... Et ils m'ont même offert un tee-shirt "Usain Bolt" que je garde précieusement, symbole de la véritable amitié entre les spectateurs des JO.

Revenons à la perche... J'ai si peur! Dans les derniers sauts, je préfère fermer les yeux, voir si Renaud Lavillenie a franchi la barre après... Je rouvre les yeux, zut, ce n'était pas pour ce soir, je n'ai plus de voix à force d'encourager, mais le Brésilien Thiago Braz da Silva est plus fort ce soir-là et est très impressionnant. C'est tout de même une belle médaille d'argent! En tout cas, j'ai vécu ce moment très intensément, j'avais le coeur qui battait, j'avais vraiment envie de l'or pour le français. Un des plus beaux moments de mon séjour à Rio!

Le fameux tee-shirt offert par les spectateurs jamaïcains :)

Le fameux tee-shirt offert par les spectateurs jamaïcains :)

Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!
Rio pour les JO: épisode 3!

Il est temps de rentrer, la finale a eu lieu plus tard que prévu, nous commençons à être réellement fatigués. Nous prenons donc le train, ouf, tout fonctionne bien, puis un bus pour retrouver ensuite notre van... Mais décidément, pas de chance, il rate notre arrêt. Le van nous retrouve donc à la station suivante et nous rentrons à l'hôtel à 1h30... Ouille, le réveil promettait d'être difficile, mais comme je vous le disais, on avait décidé de vivre l'aventure intensément, peu importe la fatigue! Le réveil est programmé à 6h30 et il est temps d'essayer de dormir après la magie de cette journée...

La suite dans l'épisode 4! :)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>